Tête de mort, fantôme, smiley aux allures maléfiques, et visage hurlant de terreur ont parfois fait trembler les météorologues derrière leurs écrans d'ordinateurs. À l'occasion d'Halloween, Futura vous propose un florilège des apparitions météo les plus effrayantes de ces dernières années.

Cela vous intéressera aussi

[EN VIDÉO] Dix jours de météo vue du ciel par les satellites GOES 13 et 15 La Terre observée 10 jours durant par GOES 13 et 15, à raison de 8 images par jour montrant les évolutions météorologiques du Pacifique à l’Atlantique.

Nombreux sont les phénomènes météométéo tout à fait naturels qui apparaissent comme surnaturels aux yeux des observateurs novices, comme le spectre de Brocken, les piliers de lumière, la couronne lunaire, l'arc en ciel blanc ou encore le skypunch. Mais la météo peut aussi sembler paranormale vue de l'espace et des satellites, et parfois aussi sur les modèles météo eux-mêmes. Voici les exemples les plus surpreants.

Des fantômes dans la stratosphère

Les scientifiques du GSFC (Goddard Space Flight Center) de la Nasa s'improvisent parfois chasseurs de fantômes. Ces visages, faisant penser aux fantômes des films Ghostbusters ou Casper, l'apprenti fantôme, sont issus des données de ventvent et de températures du modèle Merra-2. Les fantômes de la stratosphère apparaissent le plus souvent l'hiverhiver sur les régions polaires de l'hémisphère nordhémisphère nord. Les grands anneaux blancs sont en fait le vortex polairevortex polaire qui s'est scindé en deux. Les « yeux » oranges représentent des courants d'altitude puissants qui circulent dans le sens contraire des aiguilles d'une montre. La plus impressionnante tête de fantôme a été observée le 25 janvier 1982 (photo) dans la stratosphère, à une altitude de 30 kilomètres.

 La tête de fantôme apparue sur un modèle météorologique de la NASA en janvier 1982. © Nasa
 La tête de fantôme apparue sur un modèle météorologique de la NASA en janvier 1982. © Nasa

La tête de mort de l'ouragan Matthew

Numéro 1 des visages les plus effrayants apparus sur les images satellites, la célèbre tête de mort de l'ouragan Matthew, capturée le 4 octobre 2016 sur les côtes d'Haïti. Ces images colorées qui proviennent de la NasaNasa sont issues d'une vidéo qui montre l'enroulement de cet ouragan et son œil : il aura suffi d'un arrêt sur image et d'une capture photo, pile au bon moment par un météorologue de la chaîne météo américaine, pour que cette image fasse le tour du monde.

Les points blancs qui semblent être les dents de la tête de mort sont probablement des oragesorages. Ce cliché effrayant présageait d'une suite catastrophique : l'ouragan Matthew a atteint la catégorie 5 (maximale) avec des vents à 260 km/h et a ravagé plusieurs îles. Il a malheureusement semé la mort sur son passage en faisant plus de 600 victimes, la grande majorité à Haïti.  

Le visage hurlant de la canicule en France

Lors de la caniculecanicule historique de juin 2019, même les modèles météo ont semblé perdre la tête devant un tel niveau de températures. Cette capture écran du modèle GFS à partir du site Meteociel montre la chaleurchaleur attendue une semaine après, le 27 juin 2019.

Le visage hurlant qui apparaît sur la carte fait étrangement penser à celui du tableau d'Edvard Munch, Le cri. Les prévisionnistes météo ont effectivement probablement poussé un cri en voyant la chaleur prévue par le modèle : le 27 juin 2019 a finalement été la journée la plus chaude enregistrée pour un mois de juin sur la période 1900-2019 en France, avec une température moyenne nationale de 27,9 °C (soit 8,6 °C au-dessus de la normale).

C'est d'ailleurs le lendemain, le 28 juin 2019, que le record absolu de chaleur en France a été battu, avec 46 °C enregistrés à Vérargues dans l'Hérault. Il y avait effectivement de quoi hurler de terreur ! Les yeux et la bouche du visage sont en fait délimités comme les zones les plus chaudes de France ce jour-là, en utilisant la prévision des températures à 1 500 mètres d'altitude.

Le smiley maléfique de deux phénomènes tropicaux

La saison cyclonique 2020 a été marquée par un nombre record de phénomènes : 31 en tout, dont 14 ouragans. Le 22 septembre 2020, les images satellites de la NOAANOAA ont laissé apparaître entre l'océan Atlantique Nord et le golfe du Mexique deux yeux, et un gigantesque sourire en dessous.

Il s'agit en fait de la dépression tropicale Beta qui s'étend du Texas à la Floride aux États-Unis et de l'ouragan Teddy sur la côte canadienne. Entre les deux, le sourire est en fait un front (une perturbation) générée par l'instabilité des deux phénomènes. Beta a donné de fortes pluies et des inondations sur le sud des États-Unis. L'ouragan Teddy a, quant à lui, atteint la catégorie 4 avec des vents à 220 km/h en pleine mer, avant de générer de fortes vaguesvagues le long des Antilles et du Canada.

À travers les nuagesnuages, mais aussi les images satellites et les cartes issues des modèles de prévision, la météo est l'une des principales sources de paréidolies visuelles, une aptitude de notre cerveaucerveau à repérer des visages humains partout.