Planète

En images : les halos lunaires hivernaux

ActualitéClassé sous :météorologie , halo lunaire , hiver

Que font les astrophotographes quand le lampadaire lunaire les empêche de photographier les étoiles ? Ils traquent les halos, ces couronnes lumineuses qui encerclent notre satellite naturel.

Un halo lunaire accompagné d'une légère aurore boréale verte. © Hakon Iversen

Pour profiter des beautés célestes, il est indispensable de disposer du ciel le plus noir possible. S'il est relativement aisé de s'échapper de la pollution lumineuse générée par les villes et d'aller se réfugier dans un petit coin de campagne, il est par contre impossible d'échapper plusieurs nuits par mois à la présence envahissante de la Lune. La gêne provoquée par notre satellite est alors proportionnelle à sa phase et à sa hauteur dans le ciel. Pour les amateurs d'imagerie astronomique, il reste la possibilité en cette période de l'année de surveiller l'apparition de jolis halos.

Halo lunaire. © A. Mikalsen

Du froid, mais pas seulement

Pour se former, les halos nécessitent la présence de nuages fins élevés, des cirrus ou des cirrostratus qui se trouvent dans les plus hautes couches de la troposphère (jusqu'à 50 kilomètres d'altitude), là où la température est inférieure à -15°C. Ces nuages sont composés de très grandes quantités de cristaux de glace ayant une forme hexagonale allongée.

Lorsque la lumière pénètre par une des faces, elle ressort par une autre selon un angle précis, généralement 22°, produisant un petit halo de 22° de rayon autour de la lune. C'est généralement celui qu'on observe (c'est le cas pour toutes les images de cet article) mais il existe également des grands halos de 46°.

Halo lunaire. © R. Rosenberg

La source de lumière à l'origine du halo peut être la Lune ou le Soleil, mais les halos solaires sont en général plus difficiles à détecter en raison de la luminosité du ciel diurne. En principe les cristaux de glace formés dans les nuages de haute altitude ne devraient pas donner de précipitations. Il fait en effet trop froid pour qu'ils trouvent de la vapeur d'eau et s'alourdissent en l'absorbant.

Mais la situation change si les cristaux rencontrent un nuage plus chaud : ils peuvent alors donner de la pluie ou de la neige. Voilà qui pourrait expliquer le vieux dicton « lune cerclée, pluie assurée ». Pour vous faire votre propre opinion, il ne vous reste plus qu'à surveiller les halos lunaires...

Cela vous intéressera aussi