Les prévisions météorologiques au-dessus de la Russie ne sont guères optimistes. La situation caniculaire pourrait perdurer au moins une semaine et attiser les incendies gigantesques aux abords de Moscou. Les agences spatiales se mobilisent. L'Esa, notamment, suit la situation en direct avec les yeux d'Envisat.
Cela vous intéressera aussi

Pour les autorités sanitaires européennes, il s'agit de surveiller l'épais nuagenuage chargé de particules nocives pour la santé. Seule l'observation satellitaire permet de le suivre quasiment en temps réel et, également, de connaître précisément la nature et les niveaux des polluants qu'il charrie. Au sol, leur concentration reste très élevée et, rapportent les médias russes, le taux de mortalité a presque doublé à Moscou.

L'image montre que les gigantesques incendies autour de Moscou sont loin d'être éteints. Les panaches de fumées qu'ils dégagent s'étendent sur plusieurs centaines de kilomètres (un pixelpixel de cette image correspond à 300 mètres). Si pour l'instant l'épais nuage stationne au-dessus de la Russie, il n'est pas exclu qu'au gré des ventsvents il puisse sortir des frontières, comme on l'a vu en avril 2010 avec le nuage de cendres du volcan islandais Eyjafjöll.