Avec plus de 10 mètres de neige relevés localement, les montagnes californiennes de la Sierra Nevada détiennent actuellement la plus forte accumulation de neige au monde : en cause, le défilé exceptionnel de rivières atmosphériques ces dernières semaines.

Cela vous intéressera aussi

[EN VIDÉO] La croissance de flocons de neige, un spectacle hypnotisant ! Bienvenue dans le monde de la neige. Découvrez la croissance de flocons de neige vue au microsnull

Avec +250 % par rapport à la moyenne, l'enneigement actuel des montagnes de la Sierra Nevada en Californie est historique. Sur le nord de cette chaîne montagneuse, l'excédent atteint +205 %, +255 % au centre, et jusqu'à +293 % au sud : du jamais-vu depuis le début des relevés météométéo ! Quant à l'accumulation de neige, la Californie est actuellement la zone la plus enneigée du monde. Il s'agit ici de la hauteur de neige relevée par des stations officielles en montagne.

Trois semaines de précipitations non-stop

Depuis le 26 décembre, la Californie a été confrontée à un défilé sans fin de rivières atmosphériques, des bandes de vapeur d'eau qui déversent des précipitations majeures au contact des côtes, et des chutes de neige abondantes au contact des reliefs.

Depuis trois semaines, la pluie est en effet tombée quasiment quotidiennement en Californie : jusqu'à 1 500 millimètres, soit 1,50 mètre d'eau, au nord de l'État depuis fin décembre. La plus forte accumulation de neige a été mesurée sur le mont Solomons à 3 900 mètres d'altitude avec plus de 10 mètres de neige tombés ! Plus bas, on a relevé 2,6 mètres de neige à Tahoma (1 900 mètres d'altitude), depuis fin décembre.   

Ni l'Alaska ni le Japon ne rivalisent actuellement avec un tel enneigement

Les seules zones capables de rivaliser avec une telle accumulation à cette époque de l'année sont le parc national des Cascades dans l'État de Washington aux États-Unis, les montagnes Chugach en Alaska, ainsi que certains massifs du Japon.

Mais aucun de ces reliefs n'a reçu autant de neige que la Californie en cette mi-janvier. Ces mesures ne comprennent évidemment pas les glaciers qui sont donc composés de glace, et entrent dans une catégorie différente.