On trouve décidément de tout dans la nature. Même des chenilles qui ressemblent un peu à des brosses à dent. Mais ne vous laissez pas trop attendrir par cet aspect mignonet. Ces chenilles-là cachent aussi quelques habitudes plutôt fâcheuses.

Il n’y a qu’en Antarctique que l’on ne trouve pas de représentant de la sous-famille des Lymantriinae. Il faut dire qu’elle compte plus de 2 700 espèces différentes. Des sortes de papillons dont il est plutôt aisé de reconnaître les larves. Elles se présentent en effet comme de drôles de chenilles à houppes avec des touffes de poils dont la couleur et le positionnement donne des indices sur l’espèce.

Dans la forêt tropicale de Sabah, du côté de Bornéo (Malaisie), il en existe une tout particulièrement surprenante. Avec ses cinq touffes de poils blancs et jaunes sur le dos. Elle ressemble presque… à une brosse à dent !

Des chenilles dévoreuses de feuilles

Mais attention toutefois à ne pas trop vous attendrir. Car les poils des chenilles à houppes, aussi duveteux soient-ils, peuvent devenir gênants. Certains présentent en effet des barbes et lorsqu’on les touche, ils peuvent se coincer dans la peau. Un peu comme cela arrive avec les fibres de verre.

Et puis, les larves de Lymantriinae ont aussi tendance à causer des ravages aux forêts qu’elles peuplent : en mangeant les feuilles des arbres d’une même espèce — celles du chêne, par exemple — de manière presque frénétique… Jusqu’à menacer la survie même des arbres les plus faibles car elles ont besoin de grossir et de muer plusieurs fois.

Notez enfin que ces drôles d’insectes ont deux autres particularités. D’abord, une femelle qui ne vole généralement pas. D’ailleurs, elle n’a, le plus souvent, même pas d’ailes. Ensuite, un papillon - mâle ou femelle - qui, une fois adulte, ne mange pas. Et consacre donc le reste de sa vie à se reproduire.