L'Antarctique vue du ciel. © Dave Pape, Public Domain
Planète

Des grenouilles vivaient en Antarctique il y a 40 millions d'années

ActualitéClassé sous :grenouille , Fossile , Antarctique

Après la découverte d'une forêt fossile, ce sont les restes d'un tétrapode qui témoignent du passé vert de l'Antarctique. La grenouille de l'île de Seymour, qui vivait durant l'Éocène, est la première du genre à avoir été identifiée sur le continent de glace.

Cela vous intéressera aussi

[EN VIDÉO] Antarctique : découvrez le point émergé le plus profond sur Terre  Sous ses glaces éternelles, l’Antarctique cache une topologie très accidentée. Le projet BedMachine a révélé des canyons terrestres qui s’enfoncent à plusieurs kilomètres de profondeur. L’un d’entre eux, sous le glacier Denman, détient le record du point le plus profond du globe. Il descend à plus de 3,5 kilomètres sous le niveau de la mer ! 

Dans l'imaginaire collectif, l’Antarctique est un vaste continent blanc recouvert de glace et balayé par les vents. Difficile d'imaginer que des animaux autres que les manchots empereurs ou les phoques puissent y vivre. Et pourtant ce fut le cas, il y a 40 millions d'années !

Des scientifiques ont daté des fossiles de grenouilles récupérés lors d'expéditions effectuées entre 2011 et 2013 sur les îles Seymour, au nord de l'Antarctique. Alors que des fossiles de grenouilles datant de cette période ont été retrouvés sur tous les continents, dans le cas de l'Antarctique, c'est une première !

Un fragment d'os du crâne de la grenouille des îles Seymour. Vue dorsale (a), vue ventrale (b) et latérale (c). © Mörs et al. Scientific Reports

Un crâne et un os de la hanche

Durant l'Éocène, une période géologique qui s'étend de -50,6 à -33,9 millions d'années, la géographie de la Terre est différente de celle d'aujourd'hui. L'Antarctique est encore lié à l'Australie, les climats et les écosystèmes sont proches.

Les fossiles retrouvés, et décrits le 23 avril 2020 dans Scientific Reports, par les scientifiques datent de cette époque. Il s'agit d'un ilium, un os de la hanche, et d'un fragment d'os du crâne appartenant à des anoures qui se rapprochent des Calyptocephalellidae, une famille de grenouille dont les espèces actuelles vivent dans les Andes en Amérique du Sud.

Illustration de l'Antarctique durant l'Éocène, il y a 40 millions d'années. © Mörs et al., Scientific Reports

Un climat tempéré et humide au pôle Sud

La présence d'anoures en Antarctique suggère que le continent disposait des conditions climatiques indispensables à la vie de ces animaux ectothermes durant l'Éocène. En effet, elles ont besoin d'une pluviométrie annuelle supérieure à 900 millimètres et supportent des températures moyennes supérieures à 3,75 °C pour les mois les plus froids et 13,8 °C pour les mois les plus chauds.

Dans leur publication, les scientifiques proposent une illustration de l'environnement luxuriant, composé d'une forêt et de nénuphars, qu'aurait connu la grenouille des îles Seymour.

Abonnez-vous à la lettre d'information La quotidienne : nos dernières actualités du jour. Toutes nos lettres d’information

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !