Après l’Antarctique, la couche d’ozone s’est-elle trouée au-dessus des tropiques ? C’est ce qu’avance un chercheur de l’université de Waterloo (Canada). © ekapolsira, Adobe Stock
Planète

Un scientifique pense qu’un trou immense dans la couche d’ozone s’est formé au-dessus des tropiques

ActualitéClassé sous :Environnement , Réchauffement climatique , couche d'ozone

Au-dessus de l'Antarctique, il se forme chaque printemps, un trou dans la couche d'ozone qui protège notre Planète de certains rayonnements nocifs. Des mesures ont été prises pour le résorber. Mais un chercheur estime aujourd'hui que ce trou ne serait pas le seul à mettre en danger la vie sur Terre. Il ne fait pas l'unanimité.

Cela vous intéressera aussi

[EN VIDÉO] La couche d'ozone surveillée par les satellites  En absorbant le rayonnement ultraviolet du Soleil, la couche d’ozone protège les êtres vivants à la surface de la Terre. Elle est indispensable. Mais des scientifiques ont observé dès le milieu des années 1970, une inquiétante diminution de sa concentration dans la stratosphère sous les effets délétères des fameux CFC (entre autres). Depuis le protocole de Montréal (1987), qui a abouti à une prise de conscience internationale, des mesures ont été prises pour soigner le problème. Le « trou dans la couche d’ozone » est-il en voie de guérison ? Il semble que oui. Des satellites surveillent les fluctuations de ce gaz dans la haute atmosphère, sous l’influence du Soleil et des activités humaines… 

En 1985, des chercheurs révélaient qu'un immense « trou » apparaissait chaque printemps dans la couche d’ozone au-dessus de l'Antarctique. En cause, des produits chimiques que nous utilisions dans nos réfrigérateurs, dans nos bombes aérosol ou encore dans des nettoyants industriels. Les fameux chlorofluorocarbures, notamment. Les CFC. Dès 1987, le protocole de Montréal a permis de limiter l'usage de ces composés. Et leur production s'est arrêtée en 1994. Le trou a commencé à se résorber.

Mais Qing-Bin Lu, un chercheur de l’université de Waterloo (Canada), annonce aujourd'hui avoir observé un autre trou dans la couche d'ozone. Au-dessus des régions tropicales, cette fois. Il aurait commencé à se former dans les années 1980. Et il serait aujourd'hui présent tout au long de l'année. Pire, il s'étendrait sur une superficie 7 fois supérieure à celle du trou observé au-dessus de l'Antarctique au printemps.

Rappelons que la couche d'ozone est celle qui absorbe une part des rayonnements ultraviolets nocifs -- les UV B, notamment -- émis par le Soleil. Ainsi un trou dans la couche d'ozone -- comprenez une réduction de la concentration en ozone stratosphérique -- peut mener à une accélération du vieillissement de la peau, à une augmentation des brûlures et des cancers et même à une élévation du nombre de maladies du système immunitaire. Une couche d'ozone affaiblie, ce sont aussi des rendements de moindre qualité pour nos cultures et une menace pour le plancton, le premier maillon de la chaîne alimentaire dans les mers. On comprend l'inquiétude.

Des chercheurs de l’University College London et de l’université de Cambridge (Royaume-Uni) ainsi que du Massachusetts Institute of Technology (MIT, États-Unis) ont récemment découvert que l’essor de l’industrie du tourisme spatial pourrait bientôt creuser un trou dans la couche d’ozone située au-dessus de l’Arctique. En cause cette fois, les combustibles utilisés pour propulser les fusées, la chaleur de rentrée des engins spatiaux qui reviennent à la surface et les débris qu’ils génèrent. © alonesdj, Adobe Stock

Une conclusion pas si évidente

Selon le chercheur, comme c'est le cas au cœur du trou observé au-dessus de l'Antarctique, ce ne sont pas moins de 80 % de l'ozone -- et au moins 25 % sur l'ensemble du trou -- qui aurait disparu au-dessus des tropiques. Des données qui coïncident avec un modèle qu'il a lui-même développé de destruction de la couche d'ozone par les rayons cosmiques. Et qui pourraient, toujours selon lui, jouer un rôle majeur sur le changement climatique actuel.

Mais déjà, quelques autres chercheurs s'étonnent de ces résultats. Sur Twitter, Paul Young, un expert de la question de l'ozone, n'hésite pas à qualifier l'analyse de « mauvaise ». Selon lui, un trou dans la couche d'ozone au-dessus des tropiques peut sembler apparaître lorsque l'on tient compte « des pourcentages plutôt que des valeurs absolues ». Or ce sont pourtant bien ces dernières qui importent pour évaluer la quantité de rayonnements UV qui atteignent le sol.

Par ailleurs, Paul Young précise que les changements observés dans la couche d'ozone au-dessus des tropiques seraient le résultat « à la fois de processus anthropiques et naturels ». Il explique qu'avant les années 2000, la disparition de l'ozone, y compris dans cette région, était due à des concentrations toujours croissantes de CFC. Après, les niveaux ont continué à diminuer sous l'effet d'une modification des mouvements atmosphériques liée au changement climatique. D'autres chercheurs le confirment, soulignant le « manque de rigueur scientifique » des raisonnements de Qing-Bin Lu qui contiendraient « de graves erreurs ». Une manière d'appeler les scientifiques qui étudient le sujet à creuser plus avant la question.

Abonnez-vous à la lettre d'information La quotidienne : nos dernières actualités du jour. Toutes nos lettres d’information

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !