En raison du changement climatique, le littoral sableux est menacé faisant craindre la disparition des plages, cependant certaines seront épargnées. Photo : La plage centrale de la Tanche-sur-mer. © Minou85, Wikimedia Commons, CC by-sa 3.0
Planète

Comment et pourquoi des plages vont disparaître d’ici 2100 ?

ActualitéClassé sous :Environnement , plages , Réchauffement climatique

Conséquences du réchauffement climatique, l'élévation du niveau de la mer et l'érosion du littoral sableux affectent un tiers des côtes de la Planète. Une précédente analyse à ce sujet avait fait grand bruit au printemps. Une autre étude internationale vient remettre en cause cette affirmation. Si ces plages de sable menacent de disparaître, certaines d'entre elles pourraient « survivre » et s'en sortir mieux que d'autres expliquent les chercheurs.

Cela vous intéressera aussi

[EN VIDÉO] Menacé par l’érosion, le littoral est surveillé par satellite  Le littoral est perpétuellement soumis à l’océan, si bien que les tempêtes, l’augmentation du niveau de la mer ou encore l’érosion le menacent en permanence. Le Cnes nous explique en vidéo comment les satellites permettent une surveillance et une sauvegarde efficace de ces sites. 

Les littoraux sableux, qui couvrent près d'un tiers du linéaire côtier mondial, montrent une tendance globale à l'érosion. Or, le changement climatique, à travers notamment l'augmentation du niveau moyen de la mer, va aggraver cette érosion au cours du XXIe siècle. Début 2020, une équipe de chercheurs européens a publié une étude qui a eu un très fort impact médiatique (lire ci-dessous). Elle concluait en effet sur la disparition de plus de la moitié des plages sableuses mondiales d'ici la fin du XXIe siècle.

Ayant réexaminé les données et la méthodologie sur lesquelles s'appuyait cette étude, un consortium international est arrivé à des conclusions très différentes. Les pays dont sont issus les chercheurs sont la France -- avec le Laboratoire Environnements et paléoenvironnements océaniques (Epoc/Oasu, Université de Bordeaux, CNRS) et le Centre européen de recherche et d'enseignement de géosciences de l'environnement (Cerege/Pytheas, CNRS, AMU, IRD, Collège de France) --, le Royaume-Uni, l'Afrique du Sud, l'Australie, la Nouvelle-Zélande et les États-Unis.

Sur la façade atlantique, la plage du Truc Vert sur la côte girondine fait partie des plages qui devraient disparaître d’ici la fin du siècle d’après l’étude européenne. Pourtant, les données d’observation montrent que le système s’engraisse depuis au moins plus d’un siècle. De plus, même en érosion chronique, l’espace d’accueil permettrait à tout le système « plage-dune » de migrer vers les terres et d’être ainsi conservé. © Stéphane Bujan, Epoc

Quelles méthodes adopter pour sauvegarder les plages ? 

Parmi les nombreux éléments de désaccord, le modèle d'impact de l'augmentation du niveau moyen de la mer utilisé par l'équipe européenne ignore les possibilités d'ajustement morphologique des plages à la suite d'un recul du trait de côte.

Les solutions fondées sur la nature seront souvent les seules méthodes à appliquer pour sauvegarder l'avenir de ces plages

Or, le consortium international a montré que, si les plages ont un espace d'accueil à l'arrière, lorsqu'elles sont par exemple adossées à des plaines côtières, des marais littoraux ou des dunes, alors elles conserveront leur forme générale en migrant dans les terres : le littoral reculera, mais les plages survivront, bien qu'un peu surélevées et situées plus à l'intérieur des terres qu'actuellement.

En revanche, les plages adossées à des falaises ou à des structures d'ingénierie telles que des digues, qui ne peuvent de ce fait migrer vers les terres, subiront une diminution de leur largeur qui pourra finalement conduire à leur disparition. Les structures côtières en dur empêchent ainsi l'adaptation naturelle des plages à l'élévation du niveau de la mer.

Dans ces conditions, le retrait de ces structures ou, lorsque c'est possible, les solutions fondées sur la nature seront souvent les seules méthodes à appliquer pour sauvegarder l'avenir de ces plages.

Pour en savoir plus

La moitié des plages dans le monde sont menacées de disparition d'ici 2100

Article de Futura avec l'AFP, publié le 8 mars 2020

Pourra-t-on encore faire des châteaux de sable d'ici la fin du siècle ? Les plages représentent un tiers des littoraux mondiaux. Quand bien même l'humanité réduirait fortement ses émissions de gaz à effet de serre, plus d'un tiers des côtes sablonneuses de la planète pourraient disparaître d'ici 2100. Une étude souligne la nécessité de mettre en œuvre des solutions d'adaptation pour les zones densément peuplées, menacées par l'élévation du niveau de la mer.

Le changement climatique et la hausse du niveau des océans pourraient faire disparaître la moitié des plages de sable dans le monde d'ici à 2100, selon une étude parue lundi dans Nature Climate Change. Même si l'humanité réduit fortement les émissions de gaz à effet de serre responsables du réchauffement climatique, plus d'un tiers des littoraux sablonneux sont menacés, selon cette étude.

Leur disparition aurait un impact pour des activités touristiques, mais pas seulement. « En dehors du tourisme, les plages de sable offrent souvent le premier mécanisme de protection contre des tempêtes et des inondations et sans elles, les impacts des événements climatiques extrêmes seront probablement plus forts, a averti Michalis Vousdoukas, chercheur au Centre commun de recherche de la Commission européenne, qui a dirigé l'étude. Nous devons nous préparer ».

Tempêtes, érosion du littoral... Plus d'un tiers des côtes sablonneuses de la planète pourraient disparaître d'ici 2100. © Gabriel Bouys, AFP, Archives

Les plages ont un rôle d'interface entre la Terre et l'océan

Les plages de sable occupent plus d'un tiers des littoraux au niveau mondial et se situent souvent dans des régions très peuplées. Mais elles sont menacées par l'érosion due à des constructions nouvelles, la hausse du niveau des mers, des tempêtes, menaçant des infrastructures et des vies.

Sans elles, les impacts des événements climatiques extrêmes seront probablement plus forts. Nous devons nous préparer

L'Australie pourrait être le pays le plus durement touché, avec près de 15.000 km de plages de sable rayés de la carte d'ici à 80 ans, devant le Canada, le Chili et les États-Unis. Le Mexique, la Chine, la Russie, l'Argentine, l'Inde et le Brésil font aussi partie des pays en première ligne.

Les scientifiques ont travaillé à partir de deux scénarios, celui du pire, où les émissions de gaz à effet de serre continuent à leur rythme actuel, ou un autre scénario où le réchauffement climatique est limité à 3 °C, un niveau toutefois élevé. Dans le scénario du pire, 49,5 % des plages de sable disparaîtraient, soit environ 132.000 km de côte. Dans l'autre cas, environ 95.000 km seraient concernés.

Le groupe d'experts climat de l'ONU, le Giec, estime dans un rapport publié en septembre que les océans pourraient monter de 50 cm d'ici à 2100 dans le meilleur des cas, de 84 cm dans le pire. De nombreux scientifiques pensent toutefois que ces hypothèses sont conservatrices.

Abonnez-vous à la lettre d'information La quotidienne : nos dernières actualités du jour. Toutes nos lettres d’information

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !