Des chercheurs de l’Institut national d’anthropologie et d’histoire et de l’Université nationale autonome du Mexique ont découvert un nouveau dinosaure à crête. Selon eux, un dinosaure qui a dû être particulièrement bavard. © Luis V. Rey, Institut national d’anthropologie et d’histoire du Mexique
Planète

Cette nouvelle espèce de dinosaure était très bavarde !

ActualitéClassé sous :dinosaure , Tlatolophus galorum , dinosaure à crête

-

[EN VIDÉO] Interview : cinq idées fausses sur les dinosaures  Le cinéma et la littérature entretiennent autour des dinosaures une certaine mythologie. Ces allégations, souvent totalement erronées, ont le don de froisser les experts et les adeptes avertis. Futura-Sciences est donc parti à la rencontre d'Éric Buffetaut, paléontologue, afin de passer au crible cinq idées reçues sur les dinosaures. 

Il aura fallu plusieurs années de travail à des paléontologues mexicains pour identifier, dans des ossements mis au jour dans le nord du pays, un dinosaure jusqu'alors inconnu. Un dinosaure à crête qu'ils qualifient de « pacifique et bavard ».

Il vivait il y a 73 millions d'années, du côté du Mexique. Et les chercheurs de l'Institut national d'anthropologie et d'histoire et de l'Université nationale autonome du Mexique viennent tout juste de le baptiser Tlatolophus galorum. Un dinosaure à crête d'une espèce jusqu'alors inconnue dont les restes avaient été découverts il y a dix ans déjà.

Ce qu'il y a d'étonnant chez ce dinosaure, c'est que la forme de sa crête apparait similaire à un « symbole utilisé par les peuples mésoaméricains dans les manuscrits anciens pour représenter l'action de communication et de connaissance ». Une grande virgule. D'autant plus déroutant que, selon les chercheurs, ce dinosaure avait, d'une part, des oreilles capables d'entendre les sons à basse fréquence pour communiquer entre eux. Comme les éléphants. Et d'autre part, probablement la capacité d'émettre des sons puissants, pour effrayer ses prédateurs, ou à des fins de reproduction. Les paléontologues lui ont en effet trouvé de nombreuses connexions entre son nez et sa trachée« Un dinosaure pacifique et bavard », en somme.

Un squelette bien conservé

Les chercheurs qualifient leur découverte de « cas exceptionnel » dans la paléontologie mexicaine. Ils estiment que des événements « très favorables » ont dû se produire il y a des millions d'années, alors que la région connaissait un climat tropical, pour que la zone et les restes d'ossements soient aussi bien conservés. Près de 80 % de la structure osseuse a traversé les âges.

Le crâne du Tlatolophus galorum. Les chercheurs de l’Institut national d’anthropologie et d’histoire et de l’Université nationale autonome du Mexique ont déterminé que sa crête devait mesurer quelque 1,30 mètre. © Juan Miguel Contreras, Institut de géologie

Selon leurs travaux, Tlatolophus galorum était un dinosaure herbivore énorme. Il serait mort dans une étendue d'eau, pleine de sédiments. Ainsi, son corps a dû être rapidement recouvert de terre. Et a pu être préservé jusqu'à aujourd'hui. Pour que les paléontologues en découvrent d'abord la queue. Des vertèbres dépassant même de la surface. Puis, d'autres os tels que le fémur ou l'omoplate.

Abonnez-vous à la lettre d'information La quotidienne : nos dernières actualités du jour. Toutes nos lettres d’information

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !