Planète

Il y a trente ans, on inaugurait le TGV

ActualitéClassé sous :développement durable , TGV , LGV

Le 22 septembre 1981, un TGV commençait une exploitation commerciale entre Paris et Lyon. Revivez ces instants historiques grâce à l'Ina.

En trois décennies, les lignes à grande vitesse ont grandi et sont ramifiées vers le sud-est, l'est, le nord (et le Royaume-Uni). Vers l'ouest et le sud, en revanche, la pousse est plus timide. On remarque entre Mulhouse et Dijon un embryon de ligne révolutionnaire : elle ne passera pas par Paris. © Idé
  • Découvrez nos images de l'AGV

Une nouvelle époque commence en cet automne 1981 : Lyon n'est plus qu'à deux heures de Paris grâce à un train « à grande vitesse », dit TGV, alors que les plus rapides des trajets réclament près de quatre heures. Le projet est sur les rails depuis de nombreuses années et les techniques ont évolué dans l'intervalle.

En 1972, le premier prototype n'était pas électrique mais était propulsé par une turbine à gaz. Sa vitesse de pointe dépassait déjà les 300 km/h. Mais on sait qu'il y a loin entre un record et la « vitesse commerciale » en utilisation pluriquotidienne avec des centaines de passagers à bord. C'est un maximum 260 km/h qu'atteignaient les rames de septembre 1981, du moins sur le tronçon de 117 km équipé pour les grandes vitesses.


Le 22 septembre 1981, lors du journal Soir 3, Dominique Baudis, alors présentateur, lance un long sujet sur l'événement du jour. Une cohorte d'hommes politiques et de journalistes avait pris le train entre Paris et Lyon depuis Paris... On a pu croiser Charles Fiterman, ministre des Transports, Jean-Pierre Chevènement, ministre de la Recherche et de la technolgie, et même le président de la République. Ce jour-là, François Mitterrand parlait d'un projet fou dont il espérait la réalisation : le tunnel sous la Manche. © Ina

Course à la vitesse

Les « LGV » (lignes à grande vitesse) poussent ensuite vers le sud-ouest pour atteindre le Mans et Tours, puis le nord pour atteindre Lille. Car on commence alors à parler sérieusement du tunnel sous la Manche, cette Arlésienne que l'on prédit depuis le siècle d'avant (le XIXe, donc). Vers le sud, ce n'est qu'en 2001 qu'une LGV atteint Marseille. Nancy verra débarquer les TGV en 2007 mais Bordeaux attend toujours sa LGV.

Pendant ce temps, les vitesses augmentent. Le 3 avril 2007, le record du monde sur rails est établi à 574,8 km/h par une rame TGV modifiée. En exploitation, les TGV atteignent désormais, ou dépassent, les 300 km/h. Alstom prépare la génération suivante et a déjà fait rouler l'AGV (Automotrice à grande vitesse), qui pourrait atteindre 360 km/ en vitesse commerciale.

Cela vous intéressera aussi