Planète

En bref : le thon rouge n'est pas encore sauvé

ActualitéClassé sous :développement durable , pêche , thon rouge

La proposition d'interdire la pêche du thon rouge, qui était sur la table des négociations à Bruxelles, n'a pas trouvé de majorité et n'a même pas été soumise au vote.

Estimation des biomasses du thon rouge (Thunnus thynnus) dans quatre cas : stock de reproducteurs (Spawning Biomass), mortalité par pêche des géniteurs (F on spawners), recrutement (jeunes individus venant grossir les effectifs) et mortalité par pêche apicale (Apical F), indiquant les prises de la catégorie la plus pêchée. Les courbes pointillées bornent l'intervalle de confiance (à 80%) des données. (Rapports disponibles de l'Iccat sur les stocks, voir les liens en bas de page.) © ICCAT

La Commission européenne avait l'intention de faire voter ses pays membres sur une proposition visant à interdire le commerce mondial du thon rouge, une espèce dont on pense qu'elle est en danger d'extinction.

Selon l'AFP, qui cite une source diplomatique, un tour de table a permis de comprendre que « tous les pays riverains de la Méditerranée se sont prononcés contre ». Puisque l'absence de majorité sur ce projet était manifeste, la Commission a abandonné l'idée du vote.

Les représentants des pays partisans du « non » voudrait attendre l'avis des scientifiques, un rapport devant être publié en novembre.

Selon la Commission internationale pour la conservation des thonidés de l'Atlantique (Iccat), la quantité de thons rouges pêchés dans l'est de l'Atlantique et en Méditerranée (entre 50.000 et 60.000 tonnes par an) est trois fois supérieure à la capacité de renouvellement des stocks.

Cela vous intéressera aussi