Planète

Les variations climatiques façonnent la Terre

ActualitéClassé sous :climatologie , changement climatique , El Nino

Selon des chercheurs de l'Université du Texas (Austin, Etats-Unis), des changements significatifs dans la forme de la Terre durant les 28 dernières années seraient liés à des événements climatiques tels que El Niño. La forme de la Terre change parce que les événements climatiques s'accompagnent d'une redistribution de la masse d'eau présente dans les océans, les continents ou l'atmosphère.

Représentation de El Niño qui correspond à l'élévation de la température de la surface de la mer dans l'océan Pacifique tropical ouest. (En rouge sur la carte) Crédit : http://civil.eng.toyo.ac.jp

L'étude a été menée par le Dr Minkang Cheng et le Dr Byron D. Tapley, du Centre pour les Recherches Spatiales de l'université. Les données du Satellite Laser Ranging (SLR), de la Nasa, leur ont permis de mesurer un phénomène d'aplatissement aux pôles et d'élargissement au niveau de l'équateur.

Cheng et Tapley ont observé des événements tels que El Niño/Oscillation australe ainsi qu'une autre oscillation qui se produit dans le Pacifique, qui affectent toutes deux la quantité d'eau se déplaçant dans les océans, les continents et l'atmosphère. Ils ont constaté que deux grandes variations en termes de bombement de la Terre au niveau de l'équateur étaient connectées aux événements forts provoqués par El Niño/Oscillation australe, en 1986-1991 et 1996-2002. Par exemple, durant le phénomène El Niño, de lourdes précipitations associées à des eaux plus chaudes se déplacent dans l'Océan Pacifique central. Cela entraîne une sécheresse en Australie ainsi que des inondations au Pérou.

Similaire à El Niño, mais d'une durée de 20 à 30 ans, beaucoup plus longue autrement dit, l'oscillation qui concerne le Pacifique se caractérise par une fluctuation de température de long terme dans cet Océan. L'oscillation apporte en outre des changements dans la localisation des masses d'eau froide et chaude.

Se produisent ainsi périodiquement des redistributions de masses d'eau présentes à travers les océans, les sols des continents et l'atmosphère, sous forme de vapeur d'eau dans ce dernier cas. Le résultat principal de l'étude, note Cheng, est le fait que le déplacement de masses d'eau à grande échelle se trouve lié aux changements climatiques globaux de long terme.Une des conséquences de ces déplacements de masses d'eau, consiste en de légers mais détectables changements au niveau du champ de gravité de la Terre.

Cela vous intéressera aussi