Planète

Si l'on faisait payer les coûts climatiques aux entreprises pétrolières ?

ActualitéClassé sous :climatologie , gaz à effet de serre , bénéfice

Alors que les entreprises pétrolières engrangent des bénéfices records, deux rapports publiés le 10 février révèlent que l'impact sur l'environnement est plus incontestable que jamais - de fait, le climat n'a jamais été aussi chaud depuis 1.200 ans. Le coût environnemental de la pollution par les gaz à effet de serre ferait plonger les entreprises pétrolières dans le rouge malgré leurs bénéfices faramineux si les coûts sociaux de la combustion de combustibles fossiles étaient pris en compte, peut-on lire dans le rapport.

Puit de pétrole

Les rapports sont publiés une semaine après l'annonce, par le géant pétrolier américain Exxon Mobil, des bénéfices les plus considérables jamais réalisés par une entreprise, à savoir 36,13 milliards de USD (30,18 milliards d'euros). Grâce aux prix record du pétrole en 2005, les bénéfices des autres sociétés pétrolières du groupe des "sept soeurs" enregistrent des bonds d'envergure similaire.

Toutefois, selon un rapport publié par la New Economics Foundation (NEF) pour le compte de la BBC, si le coût environnemental de ce pétrole était pris en compte, il réduirait à néant ces bénéfices. "Les rentrées du gouvernement britannique provenant du secteur des combustibles fossiles - estimées au bas mot à 34,9 milliards de GBP (51 milliards d'euros) - sont supérieures aux recettes générées par les impôts locaux, le droit de timbre, l'impôt sur les plus-values et les droits de succession confondus", écrit Andrew Simms de chez NEF. L'implication est claire : la recherche de sources alternatives d'énergie pourrait avoir un impact sur la capacité d'un gouvernement à lever des recettes.

Pour deux des sociétés pétrolières britanniques, BP et Shell, M. Simms a effectué un calcul simple basé sur une estimation du Trésor britannique selon laquelle chaque tonne de dioxyde de carbone occasionne 20 GBP de dégâts à l'environnement.

"Si l'on combine les émissions provenant des activités directes de BP et de la vente de ses produits, on aboutit à 1.458 millions de tonnes d'équivalent CO2 rejeté dans l'atmosphère, pour des dommages évalués à 29 milliards de UKP. Si l'on soustrait cela des 11 milliards de UKP de bénéfice annuel qu'elle vient d'annoncer, BP plonge dans le rouge à concurrence de 18 milliards de GBP; c'est la faillite assurée. Le même calcul donne pour Shell un déficit de 4,5 milliards de GBP, en dépit d'un bénéfice annuel annoncé de 13 milliards de GBP", a-t-il déclaré.

Un second rapport, qui sous-tend peut-être les conclusions de M. Simms, montre les effets de cette pollution pétrolière. Les auteurs de ce rapport, des chercheurs de l'université de East Anglia (Royaume-Uni), ont basé leurs travaux sur des mesures de température remontant jusqu'en 1856, sur les informations de journaux et agendas tenus par des personnes vivant en Belgique et aux Pays-Bas et rapportant des épisodes de gel des canaux, sur les anneaux des conifères (des anneaux plus larges correspondant à des étés plus chauds) et sur la composition de carottes de glace.

"Ces données couvrent plusieurs centaines, voire même plusieurs milliers d'années. Nous avons simplement calculé le nombre de fois qu'elles indiquent, pour une année donnée, des températures supérieures à la moyenne pour la région considérée", a expliqué M. Timothy Osborn.

Se référant à sa comparaison du changement climatique actuellement en cours avec la période de réchauffement médiéval et le petit âge de glace, M. Osborn a déclaré à la BBC que "les 100 dernières années sont plus extrêmes que jamais. C'est une période de chaleur généralisée qui dépasse presque toutes les données que nous avons analysées de la même époque".

En novembre 2005, Science a publié une étude selon laquelle les gaz à effet de serre sont actuellement à leur plus haut niveau depuis 650.000 ans.

Abonnez-vous à la lettre d'information La quotidienne : nos dernières actualités du jour.

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !

Cela vous intéressera aussi