Planète

Peut-on prévoir les canicules sur l'Europe ?

ActualitéClassé sous :climatologie , canicule , pluie

Peut-on prévoir les canicules sur l'Europe occidentale, et particulièrement en France ? Robert Vautard, directeur du LSCE (laboratoire des sciences du climat de Saclay/CEA, CNRS) et Pascal Yiou, également du LSCE, répondent par l'affirmative... sous conditions.

Carte de dépassement des températures moyennes en Europe durant l'été 2003.

Pour cette recherche, l'équipe a tout d'abord sélectionné les dix étés les plus chauds du continent européen au cours des 58 dernières années, soit 1950, 1952, 1959, 1964, 1976, 1983, 1992, 1994, 1995 et 2003. Ils ont ensuite analysé les données pluviométriques de plus de cent sites en Europe au cours de l'hiver ayant précédé ces années et ont fait une constatation étrange: à chaque hiver pré-caniculaire, la sécheresse avait été particulièrement marquée dans le nord-ouest de la Méditerranée.

La relation de cause à effet n'est pas difficile à comprendre. Au début de l'été, les masses d'air chaud et sec remontent progressivement depuis la zone méditerranéenne vers le continent européen, ce qui permet à la canicule de s'installer. Si ces masses d'air rencontrent des terrains gorgés d'eau par des pluies abondantes, elles se chargent d'humidité et les températures restent relativement clémentes.

Mais, explique Pascal Yiou, cette période de sécheresse hivernale n'est que la naissance du signal, d'autres facteurs doivent encore intervenir.

En effet, la mise en place d'une canicule est liée à la présence d'une zone de haute pression, un anticyclone, qui garantit l'absence de nuages au-dessus d'une masse d'air chaud et sec. Mais encore faut-il que celle-ci reste en place suffisamment longtemps. Pour cela, il est nécessaire que la circulation atmosphérique reste bloquée durant l'été sur l'ouest de l'Europe. Pascal Yiou rappelle à ce sujet que l'hiver 2004-2005 avait été particulièrement sec en Espagne et dans le sud de la France, laissant présager une telle canicule, mais que des vents de nord et d'ouest se sont installés en juillet, empêchant la stabilisation de l'anticyclone et éloignant le risque de canicule.

Et pour cet été ? Si les pluies ont été rares l'hiver dernier en Espagne, dans le Sud de la France et en Italie, Pascal Yiou estime qu'il est encore trop tôt pour établir un pronostic, car des averses abondantes en avril pourraient modifier l'état du sol. Le signal de canicule ne démarre vraiment qu'à partir de mai, précise-t-il.

Abonnez-vous à la lettre d'information La quotidienne : nos dernières actualités du jour.

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !

Cela vous intéressera aussi