Planète

Changement climatique en Méditerranée, 2° de trop pour les touristes ?

ActualitéClassé sous :climatologie , Réchauffement climatique , méditerranée

A moins d'une semaine du Sommet du G8 portant sur le changement climatique, un rapport réalisé pour le WWF et publié aujourd'hui à Rome montre qu'un réchauffement planétaire de 2°C affecterait durement la région méditerranéenne. Les nombreux touristes de cette zone pourraient ne pas s'accommoder de l'instabilité croissante du climat et de chaleurs estivales de plus en plus caniculaires, pour préférer des destinations plus fraîches.

2° de trop pour les touristes ?

La côte méditerranéenne est la destination touristique la plus populaire du monde, captant 30 % des flux touristiques et des revenus du tourisme mondial. Le rapport du WWF souligne qu'une augmentation des températures moyennes de 2°C serait à l'origine de vagues de chaleur extrêmes et de sécheresses plus fréquentes et plus longues, de feux de forêt plus nombreux. Elle menacerait également les réserves d'eau douce et les activités agricoles. Tous ces facteurs, directement ou indirectement, pourraient détourner les estivants de cette zone.

« Si les températures continuaient à grimper en moyenne de 2°C et au-delà, ce serait une bien mauvaise nouvelle pour la Méditerranée », affirme Tina Tin, coordinatrice scientifique du rapport. « Ce scénario basé sur un réchauffement de 2°C aurait des conséquences très négatives pour l'avenir de l'industrie touristique dans la région : les vagues de chaleurs et les feux de forêts inciteraient les familles à passer leurs vacances d'été ailleurs ».

Le WWF estime que si le changement climatique n'est pas contenu, la région pourrait voir ses périodes caniculaires (jours où la température excède 35°C) s'allonger de six semaines. L'augmentation du nombre de journées très chaudes signifierait davantage de risques d'incendies, avec toutes les conséquences qu'on peut imaginer pour la sécurité des estivants. Le sud de la Méditerranée serait menacé par les feux de forêt quasiment toute l'année. Presque partout ailleurs, on peut s'attendre à ce que les périodes à forts risques d'incendies s'allongent de six semaines dans l'année. Dans le Sud de la France, on assisterait également à des épisodes de fortes pluies plus marqués conduisant à des inondations.

Le WWF tire également la sonnette d'alarme sur les conséquences pour le secteur agricole : des températures plus élevées et des périodes de sécheresses allongées pourraient induire une baisse de la production dans la région. Si l'on ajoute à cette élévation de température une diminution globale des pluies estivales, les cultures fortement consommatrices d'eau en seront particulièrement affectées et pourront perdre jusqu'à 40 % de leur rendement.

« Pour éviter des dommages irréversibles sur la Méditerranée, il nous faut agir dès maintenant pour contenir la croissance de la température du globe » explique Jennifer Morgan, Responsable du Programme du WWF sur le Changement Climatique. « Les chefs d'Etats du G8 qui se réunissent en Ecosse la semaine prochaine doivent prendre des engagement clairs, chiffrés et contrôlables, et engager un plan d'action pour réduire les émissions de gaz à effet de serre pour empêcher ce dangereux dérèglement du climat ».

Le WWF demande aux chefs d'Etat du G8 qui se réunissent à Gleneagles de réduire leurs émissions de CO2, d'accroître les économies d'énergie, de poursuivre le développement des énergies renouvelables et de tout faire pour que le réchauffement climatique soit maintenu en dessous de 2°C.

Abonnez-vous à la lettre d'information La quotidienne : nos dernières actualités du jour.

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !

Cela vous intéressera aussi