Des touristes ont filmé l'effondrement d'un glacier du parc national du Queulat au Chili. Un événement probablement lié à la chaleur inhabituelle des jours précédents, ainsi qu'à de fortes pluies.

Cela vous intéressera aussi

[EN VIDÉO] COP21 : Les glaciers du Mont-Blanc menacés par le réchauffement climatique Des satellites ont permis aux glaciologues d'observer un amincissement record de 12 mètres par an des glaciers du massif du Mont-Blanc dans leur partie la plus basse. Le Cnes nous propose en vidéo un point sur cette situation inquiétante.

Après l'effondrementeffondrement du glacier italien de la Marmolada le 3 juillet dernier, puis celui du Kirghizistan quelques jours après, un événement similaire a été filmé en Patagonie lundi 13 septembre. Le parc national du Queulat est un haut-lieu de randonnée au sud du Chili : cet espace naturel est connu pour ses cascades, lagunes et montagnes enneigées et est fréquenté par les touristes tout au long de l'année. Des randonneurs ont capturé en image un phénomène aussi dramatique que spectaculaire, l'effondrement d'un glacier de 200 mètres de hauteur. Selon l'université de Santiago, le fait que des blocs de glace se détachent n'a rien d'étonnant, mais leur fréquence a été multipliée ces dernières années.

Une chaleur inhabituelle en plein hiver

L'effondrement du glacier du parc Queulat est à priori lié à deux phénomènes météométéo récents : des températures anormalement élevées début septembre, suivies d'une « rivière atmosphérique », une bande d'humidité qui circule dans l'atmosphère et qui a été responsable d'intenses précipitationsprécipitations. Dans la ville de Puerto Cisnes, située à une trentaine de kilomètres du parc, les températures ont régulièrement atteint 14 °C l'après-midi entre mi-août et mi-septembre. Rappelons que le Chili est actuellement à la fin de l'hiver, et les températures moyennes de Puerto Cisnes l'après-midi se situent entre 6 et 8 °C à cette époque de l'année. La multiplication des journées anormalement chaudes et des épisodes de précipitations intenses sont les deux conséquences principales du réchauffement climatique.