Protéger la biodiversité n'est pas seulement indispensable au fonctionnement de la Planète et pour notre nourriture. Nous dépendons également d'elle pour nos médicaments et vaccins, pour purifier l'air et l'eau, pour contrôler la population microbienne, et pour éviter les épidémies.


au sommaire


    Cela vous intéressera aussi

    [EN VIDÉO] L’humanité survivra-t-elle à l’effondrement de la biodiversité ? Il semble évident que l’humanité soit imbriquée avec son écosystème. Si la biodiversité s’écroule, elle...

    « Notre santé dépend totalement de la biodiversitébiodiversité », rappelle la Convention sur la diversité biologique. Dans notre monde moderne et technologique, nous avons tendance à oublier que l'humanité est interdépendante du reste de la vie sur TerreTerre.

    La protection de la biodiversité nous assure des traitements médicamenteux

    Notre état de santé dépend avant tout de la qualité de l'eau et de la nourriture que nous consommons. Permettre à la biodiversité végétale et animale de continuer à se développer nous assure une grande variété d'aliments disponibles. Les insectesinsectes pollinisateurs, comme les abeilles et papillons, permettent aux plantes de se reproduire, et de nombreux organismes marins, comme les coquillages, permettent de filtrer l'eau de mer et l'eau douce. De même, un arbrearbre adulte peut séquestrer dans le sol en moyenne 20 kilos de particules polluantes dans l'airair par an.

    Mais outre cette évidence, il y a un paramètre que nous oublions souvent : nos traitements médicaux dépendent de la biodiversité. La médecine moderne comme la médecine traditionnellemédecine traditionnelle utilise les ressources naturelles pour élaborer des médicaments, des vaccinsvaccins, et plus récemment la biotechnologie. L'artémisinineartémisinine est par exemple une substance médicamenteuse isolée de la plante Artemisia annua, une armoisearmoise de Chine qui permet de soigner la malariamalaria. Protéger la biodiversité dans sa globalité, et non pas seulement quelques espècesespèces animales emblématiques, nous assure des solutions aux problèmes de santé qui feront irruption dans le futur.

    L'armoise est une plante médicinale utilisée comme traitement pour plusieurs maladies, dont la malaria. © Ewald Fröch, Fotolia
    L'armoise est une plante médicinale utilisée comme traitement pour plusieurs maladies, dont la malaria. © Ewald Fröch, Fotolia

    La destruction de la biodiversité est associée à des virus émergents

    La détérioration des terres naturelles (déforestationdéforestation, extraction du pétrolepétrole, agricultureagriculture intensive, assèchement des zones humides...) est la première cause d'émergence de nouveaux virus : ce facteur est responsable de 30 % des nouveaux virus qui apparaissent chaque année, selon la Convention sur la diversité  biologique. Le bouleversement des écosystèmes provoque des déplacements chez les animaux : ils rencontrent alors d'autres espèces qu'ils n'étaient pas censés croiser et se regroupent en massemasse aux mêmes endroits laissés intacts. Cette proximité que la nature n'avait pas prévue provoque l'émergence de maladies infectieuses qui atteignent ensuite parfois l'homme. Le même scénario se met en place lorsque l'homme introduit, volontairement ou par accidentaccident, des espèces tropicales dans un habitat qui n'est pas le leur. On peut citer l'exemple de la fièvrefièvre hémorragique vénézuélienne (VHFVHF) qui a directement été causée par l'agriculture intensive en Amérique du Sud en 1989 : les monoculturesmonocultures industrielles ont attiré un grand nombre de rongeurs et leur prolifération a été à l'origine de l'épidémie chez la population humaine. Le virus MonkeypoxMonkeypox, ou variole du singe, est également issu du contact rapproché entre humains et primates dans les années 1970 au Congo.

    L'agriculture intensive peut provoquer une prolifération de rongeurs qui peuvent ensuite être à l'origine de zoonoses. © pcdazero, Pixabay
    L'agriculture intensive peut provoquer une prolifération de rongeurs qui peuvent ensuite être à l'origine de zoonoses. © pcdazero, Pixabay

    La protection de la vie animale et végétale n'est donc pas une option. L'histoire des dernières décennies a montré à de nombreuses reprises que les erreurs de jugements dont font part les humains concernant le monde naturel sont toujours suivies de conséquences néfastes pour notre santé.   

     

    Le Nucléaire peut-il vraiment être écolo ?



    LE NUCLÉAIRE PEUT-IL VRAIMENT ÊTRE ÉCOLO ?

    Le nucléaire est-il un atout décisif pour le climat ? Comment gérer des déchets sur des millénaires ?

    Le Mag' Futura est de retour pour répondre à toutes vos questions sur les défis d’aujourd’hui et de demain.

    Découvrez notre dossier inédit sur le nucléaire dans notre nouveau numéro.
    Rendez-vous sur Ulule.fr pour commander votre exemplaire à partir de 15 € ou vous abonner ! 

    Je découvre le Mag' Futura sur Ulule