L'inlandsis Ouest-Antarctique recule d'1,6 kilomètre par an. © kalafoto, Fotolia
Planète

Les glaces de l'Antarctique pouvaient reculer jusqu'à 50 mètres par jour

ActualitéClassé sous :Antarctique , continent antarctique , Fonte des glaces

À la fin de l'ère glaciaire, les glaces de l'Antarctique pouvaient reculer de plusieurs kilomètres par an il y plus de 10.000 ans. Pour déterminer la vitesse de recul des glaces, les scientifiques ont observé les fines crêtes laissées sur le plancher océanique.

Cela vous intéressera aussi

[EN VIDÉO] Antarctique : une plaque de glace gigantesque se détache  Cette vidéo, réalisée à partir d'images radar acquises par le satellite TerraSAR-X, montre l'évolution de la formation d'un des plus grands icebergs connus. Au fil des semaines et des mois, le satellite suit son évolution, de l'apparition de la faille dans la plateforme de glace de Larsen C jusqu'à sa fragmentation. 

Chaque année, les satellites en orbite autour de la Terre observent le recul des glaces en Antarctique. Mais il fut un temps où les glaces de l'Antarctique pouvaient reculer jusqu'à 50 mètres par jour ! C'est bien plus que les observations actuelles.

Cette découverte, publiée dans Science, a été faite par l'institut Scott Polar Research de l'université de Cambridge en observant les marques laissées par la glace sur le plateau continental.

Les données bathymétriques recueilles par l'échosondeur multifaisceaux du submersible. © Julian Dowdeswell

Lire dans les cicatrices laissées par le recul des glaces

Un submersible autonome a sondé des marques sur le plateau continental antarctique, dans la mer de Weddell, à 60 mètres au-dessus du fond. Les lignes délicates, semblables à des vaguelettes, font un mètre de haut et sont séparées les unes des autres d'une vingtaine de mètres. Selon les scientifiques, ces lignes sont apparues il y a 12.000 ans, à la fin de la dernière période glaciaire. Elles correspondent à l'endroit où la calotte glaciaire se détache et commence à flotter dans l'océan, charriée alors par la marée.

En se basant sur le rythme des marées, les chercheurs sont parvenus à calculer la vitesse à laquelle la calotte glaciaire reculait à cette époque. La glace pouvait reculer jusqu'à 50 mètres par jour, soit environ 10 kilomètres en un an ! En comparaison, les données actuelles dans la baie de l'île du Pin, qui fait partie de l'inlandsis Ouest Antarctique, recule d'1,6 kilomètres par an.

« Nous savons maintenant que la glace est capable de reculer à des vitesses bien supérieures à ce que nous voyons aujourd'hui. Si le changement climatique devait continuer d'affaiblir les plateaux de glace au cours des prochaines décennies, nous pourrions observer des taux de retrait similaires, avec de profondes implications pour l'élévation du niveau de la mer à l'échelle mondiale », explique Julian Dowdeswell, premier auteur de l'étude.

Abonnez-vous à la lettre d'information La quotidienne : nos dernières actualités du jour. Toutes nos lettres d’information

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !