Dans la nuit, le béluga égaré dans la Seine depuis plus d’une semaine avait été extrait avec succès. Puis embarqué dans un camion réfrigéré, direction la mer. Il n’a malheureusement pas survécu.

Malgré tous les efforts déployés par les bénévoles, experts, scientifiques et vétérinairesvétérinaires, le béluga égaré dans la Seine depuis plusieurs jours est mort ce matin. Il avait pourtant été extrait avec succès de l'écluseécluse dans laquelle il était piégé. Et embarqué à bord d'un camion réfrigéré qui devait l'emmener vers le port d'Ouistreham pour lui donner toutes les chances de survie.

Au cours de ce périlleux voyage, l'état du bélugabéluga s'est dégradé. Sa respiration est devenue difficile. Il ventilait insuffisamment. Il souffrait beaucoup. Les vétérinaires ont donc décidé « qu'il n'était pas pertinent de le relâcher » et ont procédé à son euthanasieeuthanasie.

On ignore toujours de quel mal était atteint l'animal qui refusait de s'alimenter suite à un arrêt de son activité digestive. Et ce, sans doute depuis bien avant son entrée dans la Seine.


Dernières nouvelles du béluga égaré dans la Seine

Les autorités l'avaient annoncée hier : une spectaculaire opération de sauvetage a été mise en œuvre cette nuit dans l'espoir de rendre enfin à son milieu le béluga perdu dans la Seine depuis plusieurs jours. Une première étape a été franchie avec succès.

Article de Nathalie MayerNathalie Mayer paru le 10/08/2022

L'opération était très attendue. Elle a été minutieusement définie et préparée par des scientifiques et des experts de la vie marine. Elle a finalement débuté vers 21 heures hier soir. Mais ce n'est que vers 4 heures du matin que le béluga, égaré dans la Seine depuis plus d'une semaine, a finalement été extrait de l'écluse dans laquelle il était piégé. L'animal de 800 kilos -- il devrait en peser quelque 1.200, en principe -- a d'abord été placé dans un filet, une sorte de hamac géant. Il a ensuite été soulevé à l'aide d'une grue.

Puis, le béluga a été déposé sur une barge qui a permis de le rapprocher du camion prévu pour l'emmener du côté du port de Ouistreham, à quelque 160 kilomètres de là. Une série de manœuvres extrêmement risquées -- moins tout de même que de le laisser dans une eau douce et chaude, totalement inadaptée aux bélugas -- qui a été couronnée de succès.

Encore des étapes à franchir

Malgré son état de santé inquiétant, les vétérinaires qui encadraient l'opération ont donné leur feufeu vert pour le transport de l'animal en camion réfrigéré vers un bassin aménagé dans une écluse en bord de mer. Tout au long du trajet qui a débuté ce matin vers 7 heures 30, le béluga sera humidifié. Ce que les vétérinaires craignent pour lui, c'est tout simplement l'arrêt cardiaque.

Si tout se passe bien, le béluga devrait y passer trois jours. Le temps d'approfondir les examens et de déterminer de quel mal il souffre. L'objectif final pourrait alors être de le soigner avant d'ouvrir l'écluse pour qu'il regagne la mer par lui-même. Ou de procéder à un nouveau transfert périlleux. Vers la haute mer, cette fois.


Quelle issue pour le béluga égaré dans la Seine ?

Hier, les observateurs étaient plutôt pessimistes. Mais ils ont continué à chercher une issue pour le béluga perdu dans la Seine depuis la semaine dernière. Et un nouvel espoir est peut-être en train de naître...

Article de Nathalie Mayer paru le 09/08

Hier, les nouvelles qui nous venaient de l'écluse sur la Seine, dans laquelle un béluga est piégé depuis le début du week-end, n'étaient pas optimistes. Même si l'animal semblait garder la forme, il refusait toujours de s'alimenter. Et les autorités s'interrogeaient quant à la manière dont elles pourraient lui venir en aide.

Dans un premier temps, le béluga avait reçu vitaminesvitamines et antibiotiques. Mais cela n'avait pas aidé à lui ouvrir l'appétit et n'avait pas permis aux experts de poser un diagnosticdiagnostic sur la maladie qui semble l’affecter. Une maladie qu'ils aimeraient pouvoir soigner avant même de tenter de ramener l'animal à la mer.

C'est dans cet état d'esprit que la décision a finalement été prise après une analyse poussée du rapport bénéfice-risque pour le béluga égaré dans la Seine. Il doit, aujourd'hui même, être sorti de l'eau et être acheminé vers un bassin d'eau salée -- bien plus adaptée pour lui -- où il sera placé sous surveillance. Il pourra aussi bénéficier de soins. Si son état s'améliore, il pourra ensuite être relâché en mer. Et, espérons-le, poursuivre sa vie de béluga.


Dernières nouvelles du béluga égaré dans la Seine

Le béluga repéré dans la Seine il y a plusieurs jours maintenant n'a toujours pas retrouvé son chemin vers la liberté. Les experts sont de plus en plus pessimistes quant aux chances de réussir à le sauver.

Article de Nathalie Mayer paru le 08/08/2022

Un béluga dans la Seine, ce n’est pas commun. C’est pourtant bien l’histoire qui se joue depuis quelques jours. Les autorités œuvrent pour le sauver. © Stanislav, Adobe Stock
Un béluga dans la Seine, ce n’est pas commun. C’est pourtant bien l’histoire qui se joue depuis quelques jours. Les autorités œuvrent pour le sauver. © Stanislav, Adobe Stock

Depuis ce vendredi soir, le béluga repéré quelques jours plus tôt dans la Seine est piégé dans une écluse à environ 70 kilomètres de Paris. Il y est entré de lui-même et semble calme. Mais son état de santé inquiète de plus en plus. Il apparaît notamment très amaigri. Toutes les tentatives de le nourrir ont en effet échoué. Même les injections de vitamines et de produits destinés à lui ouvrir l'appétit n'y ont rien fait.

Le béluga refuse de s'alimenter. Selon les observateurs, cela daterait de plusieurs semaines. Bien avant, donc, son entrée dans la Seine. Le résultat, sans doute, d'une maladie encore non diagnostiquée et qui met à mal les chances de sauver l'animal.

Un sauvetage difficile

Certains rappellent d'ailleurs que très peu d'opérations de sauvetage de bélugas égarés ont jusqu'à présent réussi. En 2017, un individu avait été capturé dans des filets au Canada ensuite rapatrié en avion et enfin, transporté en camion puis ramené en bateau de la rivière -- où il s'était perdu -- jusqu'à son milieu naturel. C'était une heureuse exception.

Aujourd'hui, l'hypothèse de réussir à aider le béluga perdu à retrouver le chemin de l'embouchure de la Seine semble écartée. Écartée aussi, l'idée d'une euthanasie. Aussi longtemps, toutefois que le béluga continuera à se montrer curieux et vif. Même si déjà, la préfecture de l'Eure envisage de le laisser finir tranquillement sa vie « comme quelqu'un de très malade ».

Peut-être une opération semblable à celle menée au Canada en 2017 pourrait-elle être imaginée ? Une opération qui serait extrêmement complexe à mettre en œuvre, notamment parce que les bélugas avec leur respiration consciente ne peuvent pas être endormis, au risque de mourir. D'autant qu'elle supposerait que le béluga ait été soigné avant d'être rendu à la mer.

Quoi qu'il en soit, la première urgence semble désormais de réussir à le faire sortir de cette écluse dans laquelle il s'est installé. Un bassin d'eau chaude de 125 mètres de long pour 25 mètres de large seulement. Pas du tout adapté à cet animal arctique de 4 mètres.


Il faut sauver le béluga perdu dans la Seine

Une orque, il y a quelques semaines et maintenant, un béluga. Il se passe vraiment des choses étranges dans la Seine. Et alors que les opérations de sauvetage ont échoué pour l'orque, les autorités mettent tout en œuvre pour remettre le béluga sur le droit chemin.

Article de Nathalie Mayer paru le 05/08/2022

Le béluga, c'est un cétacé - une espèce protégée -, une sorte de baleine, qui vit normalement dans les eaux froides de l'océan Arctique et dans l'estuaireestuaire du Saint-Laurent (Canada). Normalement. Parce qu'il se trouve qu'en ce début de semaine, un béluga a été observé, nageant dans la Seine. Des opérations coordonnées par la préfecture du département de l'Eure sont en cours pour tenter de le sauver.

Selon les spécialistes, il peut arriver que des individus isolés s'égarent dans des eaux plus chaudes. Et ils survivent même temporairement dans des eaux douces. Mais ce jeudi, les experts dépêchés sur place se montraient plutôt pessimistes. Après une évaluation minutieuse, la préfecture de l'Eure évoque un « état de santé préoccupant ». L'animal présente « des altérations cutanées et être amaigri ». L'urgence semble donc de réussir à nourrir le béluga égaré. Pour lui éviter le triste sort de l'orque, elle aussi perdue dans la Seine début juin. Elle était morte d'inanition - après, tout de même, avoir pris une balle dans la tête...

Comment un béluga est-il arrivé dans la Seine ?

Car malgré tout, le béluga semble rester tonique. Le Groupe d'Étude des Cétacés du Cotentin (GEEC) décrit un animal qui effectue de longues apnéesapnées dans les eaux de la Seine. Le signe que sa capacité pulmonaire n'est pas altérée. Toutefois, ce comportement complique la tâche de ceux qui voudraient le guider vers l'embouchure. Pour l'heure, le béluga aurait plutôt tendance à fuir les embarcations.

Une hypothèse - qui reste toutefois à vérifier - voudrait d'ailleurs que ce soient des perturbations sonores qui soient à l'origine de l'égarement du béluga. Parce que ce cétacé se déplace grâce à un sonarsonar naturel, qui pourrait avoir été trompé par la pollution sonore à l'embouchure de la Seine.

Aux dernières nouvelles, le béluga égaré croisait entre le barrage de Poses et celui de Saint-Pierre-la-Garenne. Soit à environ 70 kilomètres au nord-ouest de Paris. Il est bien sûr conseillé d'éviter de se déplacer pour tenter de l'approcher.