Les baleines à bosse de Nouvelle-Calédonie apprennent avec une facilité déconcertante les chants de leurs cousines de la côte est de l’Australie. Un échange culturel qui montre que la baleine à bosse n’est pas si bête. © Opération Cétacés, Université du Queensland
Planète

Les baleines apprennent des chants les unes des autres

ActualitéClassé sous :animaux , baleine , Culture

« Bêtes de science », c'est comme un recueil d'histoires. De belles histoires qui racontent le vivant dans toute sa fraîcheur. Mais aussi dans toute sa complexité. Une parenthèse pour s'émerveiller des trésors du monde. Pour ce nouvel épisode, plongeons dans les profondeurs à la rencontre d'un géant des mers : la baleine.

Cela vous intéressera aussi

[EN VIDÉO] 1.500 dauphins jouent avec un bébé baleine à bosse  Filmée par un drone, cette scène étonnante montre une rencontre mal expliquée entre un grand groupe de dauphins (environ 1.500) et une baleine à bosse accompagnée de son baleineau, au large des côtes californiennes, dans la baie de Monterey. Nageant tout près des grands cétacés, les dauphins les éclaboussent. La baleine, peut-être gênée, plonge, suivie de son baleineau, et les dauphins surfent sur les vagues comme ils le font à proximité des bateaux. 

Le monde du silence. C'est ainsi que Jacques-Yves Cousteau et Louis Malle qualifiaient les fonds marins. C'était au milieu des années 1950. Depuis, notre vision de ce qui se passe dans les océans a bien évolué. Les scientifiques le savent désormais. Les poissons, les crevettes et même le corail émettent des sons. Les dauphins produisent des cliquetis rapides et des sifflements.

Mais, au fond des océans, les baleines sont les seules à savoir chanter. On le sait depuis le début des 1970, seulement. Lorsque des chercheurs américains ont découvert les émissions sonores de baleines à bosse sur des enregistrements de l'U.S. Navy. Des émissions qu'ils ont qualifiées de chants parce qu'elles étaient composées de plusieurs sons répétés à différentes fréquences.

Ces chants servent d'abord aux baleines à s'orienter dans ce monde obscur qui est le leur. Le fond des océans. Mais les chercheurs soupçonnent d'autres fonctions au chant des baleines à bosse. Comme ils sont émis par les mâles, essentiellement dans des zones de reproduction, ils ont imaginé que c'est l'amour que la baleine à bosse chante. L'ennui, c'est que lorsque les chercheurs diffusent des « playbacks » de ces chants, ils n'arrivent à rien. Aucune femelle ne semble attirée.

Leur autre hypothèse, c'est que ces chants servent à définir un territoire, à marquer une position. Tout en donnant des informations sur la santé et peut-être les motivations de la baleine qui les émet. Juste pour informer celles qui pourraient croiser dans les environs.

Le spectrogramme du chant d’une baleine à bosse. © Université du Queensland

Apprécier le chant des baleines pour mieux les préserver

Mais ce qui est peut-être encore plus étonnant, c'est que les chants des baleines évoluent. Lentement. Ils perdent ou gagnent des vocalisations. D'année en année. En quinze ans, le chant d'une baleine à bosse peut ainsi se voir totalement remanié. Les éthologues parlent d'évolution culturelle.

Parce que ces évolutions se font au contact d'autres baleines. Les baleines à bosse sont même capables d'apprendre des chants incroyablement complexes de baleines vivant dans d'autres régions. C'est ce que des chercheurs ont observé entre des baleines de Nouvelle-Calédonie, par exemple, et des baleines de la côte est de l'Australie.

C'est la première fois que des chercheurs observent un tel niveau d'échange culturel entre des espèces non humaines. Sur les routes de migration ou les aires d'alimentation qu'elles partagent, les baleines s'enseignent des chants qu'elles répètent ensuite de manière très précise, sans les simplifier et sans omettre quelque son que ce soit. Et ce, quelle que soit la complexité du chant. Le tout avec une grande efficacité, une grande rapidité puisque les chants en question changent d'année en année.

La baleine à bosse a récemment été retirée de la liste des espèces en voie de disparition. C'est une bonne nouvelle. Mais cette drôle de baleine n'est pas définitivement hors de danger. Elle doit encore rester sous surveillance étroite. Ces observations étonnantes faites par les chercheurs pourraient aider à améliorer l'efficacité des méthodes de conservation et de gestion de l'espèce. En attendant, elles sont bien le signe que la baleine à bosse n'est pas si bête.

Abonnez-vous à la lettre d'information La quotidienne : nos dernières actualités du jour. Toutes nos lettres d’information

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !