Dans son laboratoire, l’aromaticien note les formules testées pour trouver le meilleur arôme possible. © chokniti, Adobe Stock.

Santé

Aromaticien

MétierClassé sous :Alimentation , industrie agroalimentaire , arôme alimentaire

Tu hésites entre la chimie et la cuisine ? Il est possible de combiner les deux en devenant aromaticien. Chargé de concevoir un produit agroalimentaire, il reproduit ou créé des goûts agréables en trouvant la bonne formule. Spécialiste du goût et de l'odorat, l'aromaticien est créatif et rigoureux.
 

Travaillant essentiellement pour le secteur agro-alimentaire, l'aromaticien crée, comme son nom l'indique, des arômes qui seront utilisés dans la fabrication de divers aliments. Avant tout chimiste, l'aromaticien, utilise des molécules naturelles ou de synthèse afin de reproduire le goût souhaité ou inventer de nouvelles saveurs. Doté d'un nez et d'un palais très développé, l'aromaticien doit faire preuve de sensibilité et de créativité afin de répondre au mieux aux attentes des consommateurs. Selon l'aliment concerné (yaourt, bonbon, lait aromatisé, glace, pâtisserie...) le dosage ne sera pas le même ; l'aromaticien doit donc savoir adapter la quantité d'arôme au type de produit. Avant de trouver l'arôme définitif, l'aromaticien effectue de nombreux tests et goûte plusieurs fois sa création. Il fera un dernier test avec l'arôme intégré dans le produit final, avant sa production et commercialisation définitive. L'aromaticien doit avant tout respecter le cahier des charges du service marketing en ce qui concerne la texture, la couleur, l'odeur, le goût du produit à développer.

Les principales compétences et qualités à avoir

A la fois scientifique et créatif, l'aromaticien doit avoir plusieurs cordes à son arc :

  • maîtriser la chimie et la biochimie
  • avoir un palais et un odorat développé ;     
  • connaître la législation alimentaire ;    
  • être créatif et imaginatif ;     
  • avoir une certaine sensibilité ;    
  • faire preuve de patience et de persévérance ;    
  • être rigoureux ;     
  • avoir une hygiène de vie exemplaire ;     
  • mener une veille sur les nouvelles tendances en terme de goût ou innovation     alimentaire ;    
  • avoir un très bon niveau d'anglais.
Sur sa paillasse, l’aromaticien élabore et teste différentes formules afin de créer l’arôme demandé. © naxaso, Adobe Stock.

Les conditions de travail

L'aromaticien exerce dans un laboratoire ou dans un département de recherche. Il exerce un métier de bureau, souvent seul devant son ordinateur ou sa paillasse, mais toujours en lien avec le service marketing ou recherche et développement pour connaître les arômes à développer.

Comment devenir aromaticien?

Différentes formations mènent au métier d'aromaticien:

  • BTS Métiers de la chimie ;     
  • BTS Sciences et technologies des aliments, option aliments et processus technologiques ;   
  • DUT Chimie option Chimie analytique et de synthèse ;     
  • DUT Génie Chimique Génie des procédés ;     
  • Licence pro Développement et recherche en arts culinaires industrialisés (DRACI) ;     
  • Master Chimie, parcours Formulation et chimie industrielle ;     
  • Master Chimie et sciences du vivant, parcours Chimie moléculaires ;     
  • Master Evaluation sensorielle : comprendre, analyser, innover - parcours Nutrition et sciences des aliments ;     
  • École ISIPCA : Institut supérieur international du parfum, de la cosmétique et de l'arôme alimentaire.

Le salaire d’un aromaticien

Un aromaticien débutant gagne entre 2000 et 2500 euros brut par mois en fonction de sa qualification (technicien ou cadre) et de son employeur. Une fois expérimenté, son salaire peut atteindre les 3000 euros brut mensuel.

Les perspectives d’évolution d’un aromaticien

Un aromaticien peut évoluer vers un poste de manager et diriger une équipe au sein d'un département de recherche et développement. Il peut également s'orienter vers un autre secteur d'activité comme la parfumerie, la pharmacie ou les produits d’entretien.

Entreprises qui emploient des aromaticiens

  • Industrie agro-alimentaire ;   
  • laboratoires indépendants ;    
  • industrie chimique.

Maman, tu vois ton yaourt préféré saveur vanille ? Et bien c'est grâce à moi que tu l'aimes autant ! Mon métier consiste en effet à développer un goût alimentaire à partir de molécules de synthèse ou naturelles afin de rendre un aliment meilleur, et au goût du consommateur. Il n'y a pas forcément de vanille dans ton yaourt, mais pourtant tu as l'impression d'en manger grâce à l'arôme que j'ai développé. Je combine, je teste, je goûte, bref je suis un véritable artiste scientifique !