L’ajusteur-monteur aéronautique assemble et fixe des pièces ou parties d’avions ou d’aéronefs. © alhim, Fotolia.

Sciences

Ajusteur-monteur aéronautique

MétierClassé sous :aéronautique , Industrie aéronautique

Nostalgique de vos heures passées sur vos jeux de construction ? Découvrez les multiples facettes du métier d'ajusteur-monteur aéronautique, chargé de réceptionner, d'assembler et de fixer de multiples pièces mécaniques sur les différentes parties composant les aéronefs.

L'ajusteur-monteur est responsable de la réception, de l'assemblage et de la fixation de tout un ensemble et sous-ensemble de pièces mécaniques présentes sur les aéronefs. Il doit savoir lire et respecter les plans que ce soit pour des fuselages ou voilures d’avions, des turbines, des structures d'hélicoptère ou d'engins spatiaux, des moteurs...

Il doit avoir une bonne connaissance des différentes techniques de fixation (vis, rivets mécaniques, soudage...) et maîtriser la composition des éléments. Il doit être en mesure de réaliser des opérations d'usinage comme le perçage ou le limage afin de pouvoir connecter les pièces entre elles. Si besoin, l'ajusteur-monteur aéronautique corrige les défauts des pièces fournies et procède à la vérification de leur conformité.

Une fois toutes les pièces assemblées et ajustées, il effectue toute une série de tests afin de s'assurer du bon fonctionnement du montage et corriger les derniers défauts possibles.Il s'assure également de la bonne étanchéité et protection des différentes pièces et renseigne les données de traçabilité et de contrôle.

Les principales compétences et qualités à avoir

L'ajusteur-monteur aéronautique doit posséder des compétences diverses et précises :

  • avoir des aptitudes mécaniques et techniques afin d'utiliser correctement les instruments de mesures et les machines-outils dont il aura besoin ;
  • savoir lire des plans, des fiches techniques et suivre des processus méthodologiques stricts ;
  • connaître les modes de fixation et les procédés d'assemblage afin de réaliser le montage des pièces ;
  • maîtriser et savoir lire l'anglais technique ;
  • être précis, rigoureux, méthodique et aimer le travail en équipe.
L’ajusteur-monteur aéronautique peut être amené à se déplacer chez un client pour effectuer des réparations ou des opérations de maintenance. © industrieblick, Fotolia.

Les conditions de travail

L'ajusteur-monteur exerce son métier dans des ateliers d'assemblage ou des hangars de montage, mais il peut également se déplacer chez certains clients pour des réparations, des opérations de maintenance ou bien des modifications de structure d'aéronefs.
Il travaille souvent debout, dans un environnement plutôt bruyant à cause des machines-outils et dans des conditions climatiques pas toujours clémentes (froid ou chaleur).
Ses horaires de travail peuvent être normaux ou décalés et son activité nécessite le port de vêtements de travail adaptés et sécurisés.

Comment devenir ajusteur-monteur ? 

Il existe plusieurs diplômes et formations pour accéder au métier d'ajusteur-monteur aéronautique, en voici quelques exemples :

  • CAP Aéronautique, option structure ;
  • CAP Mécanicien cellule aéronef (MCA) ;
  • Bac professionnel Aéronautique, option structure ou mécanicien système cellule ;
  • Bac pro Maintenance des équipements industriels ;
  • Bac pro Technicien aérostructure.

Le salaire d’un ajusteur-monteur 

L'ajusteur-monteur aéronautique gagne environ le SMIC à ses débuts et peut prétendre à un salaire moyen de 1800 à 2000 euros bruts au cours de sa carrière professionnelle.

Les perspectives d’évolution de l’ajusteur-monteur aéronautique

Après plusieurs années d'expérience, l'ajusteur-monteur peut évoluer vers des postes de chef d'équipe, de contrôleur qualité, de technicien méthodes ou encore de gestionnaire de production.

Entreprises qui emploient des ajusteurs-monteurs aéronautique

  • Airbus ;
  • UTC Aerospace Systems ;
  • Eurocopter ;
  • Dassault Aviation ;
  • Thales Alenia Space.
     

Tu vois maman, c'est comme quand je jouais aux Meccano® petit. Je visse et assemble des pièces entre elles pour en faire un tout à la fin. Pas le droit à l'erreur, sinon rien ne marche ! Je reçois par exemple les pièces d'un avion, et une à une, avec mes collègues, on les imbrique entre elles comme des pièces de puzzle pour monter petit à petit l'avion. Certains s'occupent du fuselage, d'autres des ailes, d'autres des moteurs...