Maison

Plantes et robots s'unissent pour construire un jour nos maisons

VidéoClassé sous :Maison , ville du futur , plantes et robots

-

Étrange idée que celle de ces chercheurs du projet Flora Robotica : programmer des petits robots lumineux pour faire pousser des plantes selon des schémas préétablis. Des structures de toutes sortes peuvent ainsi être créées avec très peu de moyens. Les possibilités sont immenses mais le chemin sera long.

Abonnez-vous à la lettre d'information Vidéos : nos vidéos qui sortent vraiment du lot.

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !

Des chercheurs de six pays européens, biologistes, roboticiens, informaticiens et architectes, participent au projet de recherche Flora Robotica sur une idée qui peut surprendre. Ces équipes planchent sur la manière dont des plantes pourraient construire de vastes structures, à l'intérieur d'habitations, voire la maison elle-même. Il faut pour cela apprendre à faire coopérer ces végétaux avec des robots, comme Futura l'avait expliqué.

Ces équipes sont parvenues à leurs premiers résultats grâce à la lumière, comme le montrent les images de cette vidéo. Les robots, d'aspect très simple, attirent vers eux les plantes en train de pousser à l'aide de stimulations lumineuses à la bonne couleur. Un capteur leur signalera l'approche d'un rameau et un signal sera alors envoyé à d'autres robots pour orienter la plante dans la bonne direction.

Une autre façon de concevoir l'urbanisme

D'autres robots-jardiniers seront au contact du végétal et pourront l'ausculter régulièrement pour en estimer la santé. L'ensemble pourra alors gérer judicieusement l'arrosage et l'éclairage. En somme, il s'agit de réussir à réaliser des robots qui savent faire pousser des plantes.

Au Danemark, comme on le voit dans cette vidéo, des chercheurs ont tissé des nattes pour réaliser des formes variées sur lesquelles pousseront les végétaux robotisés. Les chercheurs espèrent construire différentes sortes de structures, comme des murs, des toits, des bancs, des parasols... Selon eux, cette voie conduit à un urbanisme durable et bon marché qui pourrait éclore dans trente ou quarante ans.

© Euronews