Il existe trois moyens de contracter une assurance : la signature papier, en ligne ou par l'intermédiaire d'un courtier.

Cela vous intéressera aussi

[EN VIDÉO] 5 astuces pour chauffer sa maison à moindre coût En 2020, la facture de chauffage annuelle des Français s’élevait en moyenne à 1.602 euros. Il est pourtant possible de faire des économies sans se geler !

Quelles sont les deux grandes familles de contrats d'assurance proposées sur le marché ? Il existe trois façons de contracter une assurance : par papier, en ligne, ou par l'intermédiaire d'un courtier en assurances.

Typologie des contrats d'assurance

On distingue deux grandes familles de contrats d'assurance : 

  • les contrats d'assurance de dommages couvrant les dommages subis par l'assuré ou causés aux tiers, comme l'assurance habitation ;
  • les contrats d'assurance de personnes couvrant soit l'assuré, soit un ou plusieurs bénéficiaires contre un risque d'atteinte à l'intégrité physique, par exemple une assurance décès.

Mais comment formaliser l'échange des consentements entre assurés et assureurs ? Les modalités pour signer un contrat avec une compagnie d'assurance ont évolué. Désormais, trois formules différentes sont proposées.

La formule classique : le contrat papier

De nombreux assureurs proposent encore la méthode traditionnelle à leurs clients : l'échange des consentements formalisé par un document écrit et signé par les parties.

Cette approche reste encore assez utilisée, car beaucoup de compagnies d'assurances possèdent toujours un réseau commercial physique. Ces agences sont gérées par des salariés ou des agents généraux (travailleurs indépendants). Ce classicisme séduit encore les clients préférant garder un contact commercial et un suivi de contrat avec un interlocuteur physique.

Trois moyens permettent de contracter une assurance : la signature d'un contrat papier en agence ou par l'intermédiaire d'un courtier. La signature en ligne rencontre, quant à elle, un succès grandissant. © peopleimages.com, Adobe Stock
Trois moyens permettent de contracter une assurance : la signature d'un contrat papier en agence ou par l'intermédiaire d'un courtier. La signature en ligne rencontre, quant à elle, un succès grandissant. © peopleimages.com, Adobe Stock

Contrats signés en ligne

La grande majorité des acteurs de l'assurance permettent désormais à leurs clients de signer un contrat 100 % digital, c'est-à-dire en ligne. Les clients étudient souvent les différentes offres du marché à l'aide d'un comparateur en ligne ou parfois directement sur le site Internet d'une compagnie d’assurance. Cela leur permet d'obtenir une vision d'ensemble, mais aussi de réaliser des économies : la plupart des assureurs proposent ponctuellement des offres en ligne moins chères afin de séduire de nouveaux clients.

Les sites Internet des comparateurs en ligne ou des assureurs présentent les caractéristiques du produit d'assurance envisagé. Une fois convaincus, les clients fournissent quelques pièces justificatives scannées (par exemple leur pièce d'identité) et signent électroniquement leur contrat d'assurance.

Le succès de ces contrats d'assurance en ligne s'explique pour deux raisons. D'abord, la réduction des coûts (ce qui permet par ricochet de proposer des contrats d'assurance moins chers aux clients) : aucune dépense de location ou de gestion de locaux, d'achat de matériel, pas d'envois postaux, moins de frais de personnel… D'autre part, un gain de temps considérable, puisque signer un contrat en ligne est plus rapide qu'avec un contrat papier (plus d'envois de documents par courrier ni de déplacements en agence ou chez les clients…).

Cependant, les personnes souhaitant signer un contrat en ligne doivent se renseigner au préalable sur la compagnie d'assurance et la qualité de son service client. Par exemple, grâce à des médias spécialistes de l'épargne, auprès d'associations de consommateurs, ou en se référant à des avis clients sur Internet.

Contrats signés avec un intermédiaire

Certaines personnes font appel à un intermédiaire pour signer leur contrat : les courtiers en assurance. Ces derniers démarchent plusieurs compagnies d'assurance pour le compte de clients, afin de proposer à ces derniers des solutions plus personnalisées, compte tenu de leurs objectifs. C'est par exemple le cas d'un courtier immobilier qui trouvera une assurance emprunteur plus intéressante que celle proposée par une banque dans le cadre d'un prêt immobilier, ou d'un gestionnaire de patrimoine qui fait baisser les frais d'entrée d'un contrat d'assurance vie. Une fois le meilleur contrat d'assurance possible sélectionné par leur courtier, ses clients le signent et le courtier perçoit une commission.

Le saviez-vous ?

Chaque client est libre de contracter une assurance, soit dans un réseau d'agences, soit en ligne, ou encore en sollicitant un courtier. Certaines transactions de la vie courante contiennent la souscription implicite à une assurance, ce qui n'est pas toujours bien assimilé par tous les clients (par exemple, l'assurance voyage incluse dans les contrats de certaines cartes bancaires). Tout assuré doit donc correctement se renseigner au préalable afin d'éviter de payer deux assurances fournissant des prestations similaires.