Maison

Quelles solutions pour une toiture écologique ?

Question/RéponseClassé sous :Bâtiment , Toiture végétale , toiture végétalisée
Cette toiture végétale composée de mousses, de sédums et d’autres plantes ralentit l’écoulement des eaux de pluie, épure les eaux pluviales et augmente la perméabilité de la ville à la flore et à la faune. © Lamiot, Wikimédia CC by-sa 3.0

Toute habitation possède un toit, elle est même parfois réduite à ce toit. Cependant, pour essentielle qu'elle soit, une toiture ne sert le plus souvent qu'à protéger des intempéries. Il est pourtant possible de valoriser cette surface et de la rendre plus écologique, grâce à des moyens divers.

Citons tout d'abord l'approche énergétique. Le plus important, du point de vue de la qualité de vie, des économies et de la réduction de la consommation énergétique et de l'émission de gaz à effet de serre, est l'isolation thermique. La toiture est en effet responsable de 25 à 30% des déperditions thermiques si elle n'est pas correctement isolée.

Ensuite, il est possible d'utiliser la toiture pour exploiter des énergies d'origine renouvelable. L'énergie solaire peut ainsi être exploitée pour éclairer l'intérieur de la maison grâce à des fenêtres de toits ou des puits de lumière, des dispositifs qui captent la lumière au niveau du toit et la convoie à l'intérieur par un jeu de miroirs le plus souvent.

Le puits de lumière du laboratoire du centre de recherche et de restauration des musées de France. © dalbera CC by 2.0

Plus élaborés, les panneaux solaires thermiques et photovoltaïques contribuent au chauffage, à la production d'eau chaude et d'électricité. Moins répandues, les éoliennes de toit convertissent l'énergie des vents en électricité.

Un dernier élément énergétique de la toiture est sa couleur. Claire ou foncée, la toiture ne se comportera pas de la même façon. Les toitures blanches, communes dans le bassin méditerranéen, limitent les apports thermiques solaires et contribuent à une climatisation naturelle des bâtiments. Inversement, les toitures foncées engendrent une élévation de la température au niveau du toit.

Au-delà de l'aspect énergie, les toitures peuvent aussi jouer un rôle vis-à-vis de l'eau. Il est en effet possible de convertir les toits pour la récupération de l’eau de pluie. L'eau pluviale, gratuite, est ensuite stockée dans des citernes de récupération avant d'être utilisée pour arroser le jardin, nettoyer les véhicules, alimenter les WC, etc.

L'installation d'une toiture végétalisée peut permettre en outre d'épurer en partie l'eau pluviale des poussières et contaminants atmosphériques. Les toits recouverts de végétaux ralentissent en général (s'ils sont assez épais) l'écoulement des eaux et favorisent leur filtration par la terre et la végétation. De plus, ils participent à l'isolation thermique de la toiture.

Même s'ils ne sont composés que d'une fine couche de terre et de petits végétaux comme des lichens, des mousses et des sédums (plantes succulentes), les toits végétalisés présentent de nombreux avantages. Ils contribuent à accueillir la nature dans la ville et facilitent la circulation de la flore et de la faune à travers les villes. Par leur évaporation, ils réduisent aussi l'effet d'îlot thermique urbain et améliorent le confort général en été. Enfin, ils ont un impact paysager positif et valorisent le cadre de vie urbain.

Dernier point, une toiture conventionnelle et bien isolée peut être plus respectueuse de l'environnement si sa couverture est constituée de matériaux naturels, locaux ou renouvelables, comme des bardeaux de bois, des ardoises ou des tuiles.

Abonnez-vous à la lettre d'information La question de la semaine : notre réponse à une question que vous vous posez, forcément.

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !

Cela vous intéressera aussi