Maison

Le Corbusier et la révélation de la verticalité à New York

Diaporama - Le Corbusier, l'architecte français du social
PhotoClassé sous :Maison , architecte , Le Corbusier
Le Corbusier et la révélation de la verticalité à New York
Abonnez-vous à la lettre d'information Photos : chaque semaine, deux sujets traités à travers des photos remarquables.

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !

Lorsqu'il se rend aux États-Unis, en 1935, pour y donner une série de conférences, Le Corbusier est sous le choc. Il décrit New York comme une cité « écrasante, incroyable, excitante et violemment vivante ». Non seulement il considère qu'il n'y a pas assez de gratte-ciel mais que ceux qui existent ne sont pas assez hauts.

Même si Le Corbusier s'est intéressé de près à la rénovation urbaine de la capitale française avec son « Plan Voisin » au début des années 1920, prévoyant de concentrer le cœur de Paris dans une vingtaine de gratte-ciel, y logeant 500.000 habitants, New York est la révélation de la verticalité et la confirmaion à ses yeux, qu'elle résout tous les problèmes de l'utilisation de l’espace urbain : les ossatures métalliques, l'emploi du verre, les ascenseurs rapides, le pont de Brooklyn, l'Empire State Building...

De ce voyage naîtront nombre de ses pensées qui alimenteront ensuite sa réflexion et aboutiront à sa conception de village vertical, avec des rues intérieures et commerces, des villes et des cités « radieuses ». Le Corbusier sera associé, avec onze autres architectes, dont Oscar Niemeyer, à la conception du siège des Nations unies (notre photo), sur l'East River, dont les travaux débutèrent en 1947 pour s'achever en 1952. Il a été cependant écarté par la suite, et pour d'obscures raisons, de la concrétisation du projet. Le Carpenter Center for the Visual Arts de l'université de Harvard (Massachusetts) est le seul bâtiment de Le Corbusier aux États-Unis.

United Nations Chrysler and Empire State Building. © Ad Meskens, Wikimedia Commons, CC by-sa 3.0