Maison

Boucher les trous : une mise en œuvre méthodique

Dossier - Réparer la pierre de construction : murs et façades
DossierClassé sous :matériau , construction de maison , pierre

Les façades en pierre subissent de nombreuses agressions d’ordre physique (intempéries, pollution atmosphérique…), chimique (nitrates, sulfates…) et biologique (mousses, lichens…). Ces attaques engendrent diverses pathologies qui se traduisent par des désordres à la fois esthétiques et structurels.

  
DossiersRéparer la pierre de construction : murs et façades
 

Avant de procéder au rebouchage, les pierres abîmées sont éventuellement démoussées puis « purgées » au ciseau de maçon jusqu'à retrouver le matériau sain. Les parties creusées doivent présenter des bords francs car les lignes de réparation, aussi soignées soient-elles, restent légèrement visibles après séchage du mortier.

L'art de boucher les trous. © Sima, Shutterstock

Il faut également dégarnir les joints périphériques, sur deux centimètres de profondeur environ, en vue de les refaire. Un bon dépoussiérage s'impose ensuite. Pour cette opération, l'idéal est de disposer d'un petit compresseur. À défaut d'air comprimé, le travail s'effectue à la brosse en chiendent ou nylon, en insistant bien dans les joints. La brosse métallique est déconseillée. Elle risque de laisser au passage des particules d'acier ou de laiton qui s'incrustent dans les aspérités.

Dégarnir les joints avant le dépoussiérage. © Weber

Des précautions d'emploi

Fourni prêt à l'emploi, le régulateur de porosité s'applique à la brosse plate sur la zone à reboucher, en veillant à ne pas le faire déborder ou couler sur les parties adjacentes. Si tel est le cas, il faut aussitôt rincer abondamment à l'eau claire. Le produit est utilisable entre + 5 et 30 °C de température. Le fabricant recommande toutefois d'éviter l'application en plein soleil ou sous la pluie.

Utiliser une brosse plate pour appliquer le régulateur sur la zone à reboucher. © Weber

Le régulateur est sec au bout de 60 à 90 minutes, selon la température extérieure. Passé ce délai, l'armature est mise en place. Les clous sont plantés à demi, en les espaçant de 5 à 10 centimètres, puis reliés avec le fil en laiton. Dans une pierre ferme ou dure, il est nécessaire de percer des avant-trous avec un foret de diamètre légèrement inférieur à celui des clous.

Clous et fil de laiton pour la mise en place de l'armature. © Weber

D'une ouvrabilité limitée à une dizaine de minutes, le mortier se prépare en petites quantités pour éviter de le gaspiller. À titre indicatif, 2 kg de produit permettent de reconstituer un volume de 10 x 10 x 10 cm environ. La préparation s'effectue, suivant les dosages indiqués, en mélangeant manuellement dans le seau fourni la poudre et le liquide qui l'accompagne. On malaxe une bonne minute durant, jusqu'à l'obtention d'une pâte homogène, sans grumeaux. La teinte est au besoin affinée à l'aide de pigments minéraux, exclusivement ! Après deux minutes de repos, le mortier est déposé à la truelle en deux passes bien « serrées », la première appliquée sur les deux tiers de la profondeur. Dès que le produit commence à prendre, la seconde passe est réalisée. Si le rebouchage se fait en bordure de pierre, l'astuce consiste à insérer dans les joints des baguettes d'épaisseur équivalente afin de délimiter les arêtes et retenir le mortier encore frais. L'application s'achève en grésant (et non en lissant) la surface avec la tranche de la truelle tenue à deux mains.

Déposer le mortier à la truelle en deux passes. © Weber

Le durcissement complet est effectif après 24 heures. On peut alors égaliser le rebouchage en utilisant un outil de tailleur de pierre : rabotin, riflard ou comme ici chemin de fer. Le jointoiement se fait ensuite avec un mortier de la gamme, ou un mortier prédosé, qu'il est possible de teinter pour l'unifier avec les joints existants. La touche finale est apportée en tapotant la réparation à la boucharde (à petits gestes maîtrisés) de façon à reproduire le grain originel de la roche.

Égaliser le rebouchage à l'aide d'un chemin de fer. © Weber