Maison

Les robinets thermostatiques, une économie de chauffage

Dossier - La domotique, pour une maison intelligente
DossierClassé sous :Maison , domotique , aménagement

-

Contraction des mots domus (« domicile » en latin) et automatique, la domotique regroupe l’ensemble des technologies de l’électronique, de l’informatique et des communications au service de la maison. Son champ d’application est quasi illimité. Visite guidée...

  
DossiersLa domotique, pour une maison intelligente
 

Les robinets thermostatiques représentent un bon moyen d'économiser de l'énergie directement par les radiateurs.

Un robinet thermostatique, accessoire de domotique pour le chauffage. © Pratique.fr

Principe du robinet thermostatique

Placé sur l'arrivée d'eau chaude de chaque radiateur, le robinet thermostatique autorise un réglage pièce par pièce. Quand la température ambiante grimpe (soleil, chaleur émise par les occupants...), le robinet réduit le débit d'eau, ce qui a pour effet d'abaisser la puissance calorifique du radiateur. Dès que la température baisse, il augmente le débit. Économie réalisée : 10 à 20 % par rapport aux robinets manuels.

En pratique, seule la tête est thermostatique et elle ne peut se monter que sur un corps prévu pour. Si l'on veut moderniser une installation basique, il faut remplacer l'ensemble.

1. Élément thermostatique à soufflet contenant un gaz thermosensible (d’autres modèles intègrent un palpeur à cire) 2. Pas de vis servant au réglage de la température 3. Ressort de compensation 4. Axe de poussée de la tête 5. Presse-étoupe 6. Ressort de rappel du clapet 7. Clapet 8. Corps du robinet 9. Sens de circulation de l’eau 10. Point de désolidarisation de l’axe du presse-étoupe et de celui du clapet © Danfoss

Il existe différents modèles de têtes thermostatiques : standards (relativement sensibles aux courants d'air), programmables, à commande à distance...

Inconvénients des robinets thermostatiques

Des robinets thermostatiques qui se ferment en même temps, suite à une brusque élévation de la température, risquent d'endommager le circulateur de la chaudière.

Pour éviter le problème, deux solutions : installer une soupape différentielle entre les conduites de départ et d'arrivée d'eau ou prévoir un circulateur électronique à vitesse variable.