Nous gardons tous en mémoire la caniculecanicule de 2003, son triste bilan, la ruée sur les climatiseurs jusqu'aux ruptures de stock. Impossible de prédire quand surviendra la prochaine, elle est seulement probable du fait des changements climatiqueschangements climatiques. Raison de plus pour anticiper le problème en recherchant les solutions les mieux adaptées à chaque cas : l'urgence est mauvaise conseillère.

Sous nos latitudeslatitudes, la climatisationclimatisation est d'un intérêt évident dans les lieux conservant mal la fraîcheur ou difficiles à ventiler. En particulier, les constructionsconstructions bétonnées, sensibles aux variations de température, les logements aux vitragesvitrages fortement émissifs... Situations fréquentes en ville, où l'airair estival devient vite étouffant.

En été, sans climatisation, les conditions de température peuvent devenir pénibles dans les bâtiments fortement vitrés. © Ademe
En été, sans climatisation, les conditions de température peuvent devenir pénibles dans les bâtiments fortement vitrés. © Ademe

Très diversifié, le marché de la climatisation se décline entre équipements individuels (à détente directe), destinés au résidentiel, et installations à usage professionnel. En habitation, la « clim » répond à un besoin immédiat par temps chaud en abaissant à la demande la température intérieure de 5 à 8 °C par rapport à l'extérieur.

Dans le tertiaire, le but recherché est d'offrir un confort permanent, garant d'une meilleure productivité. Pour le particulier, la question préliminaire est de savoir si la climatisation vient en complément d'un logement équipé d'un système de chauffage, ou non. Dans le premier cas, le choix se porteporte sur des appareils fonctionnant uniquement en mode froid. Lorsque tout est à faire, la meilleure solution consiste à installer un système réversibleréversible. Dans l'idéal, aérothermique ou géothermique...