Par leurs formes, dimensions et couleurs, les appareils sanitaires participent au stylestyle de la salle de bains. Le choix et l'implantation se déterminent en fonction de l'espace disponible et des règles de sécurité spécifiques à cette pièce humide.

Comment rénover sa salle de bains ? © Kuprynenko Andrii, Shutterstock
Comment rénover sa salle de bains ? © Kuprynenko Andrii, Shutterstock

Si la superficie moyenne de nos salles de bains atteint désormais 5 m2, en appartement elle reste souvent inférieure à 4 m2. Mais, grâce à la diversité des équipements proposés, on peut se doter d'un confort maximal en tirant le meilleur profit du volumevolume habitable.

Installer un lavabo ou une vasque

Fabriqué en céramique ou en porcelaine, le lavabolavabo se fixe obligatoirement au murmur. Il peut se monter sur une colonne centrale, sur consoles ou être suspendu de manière à dégager l'espace en dessous et faciliter le nettoyage du sol. Dans ce cas, il est judicieux de l'équiper d'un siphonsiphon design, conçu pour rester apparent.

La vasque offre une plus grande variété de modèles. On en distingue deux principaux types, à poser ou à encastrer (plan de toilette ou meuble). Simples ou doubles, les plans vasques sont moulés d'un seul tenant dans le même matériau. Carrées, rectangulaires, ovales, rondes, incurvées façon compotier... les formes traduisent une grande liberté créatrice, favorisée par l'emploi de matièresmatières composites et de résines de synthèse. D'autres matières sont également utilisées, tels le verre, la pierre naturelle, l'InoxInox... ou même le boisbois.

Très tendance, le lavabo totem investit <a target="_blank" href="http://www.castorama.fr/store/Salle-de-bains-et-WC-cat_id_3322.htm">l’univers de la salle de bains</a>. Appareil autoportant, au look épuré, il tient à la fois de la sculpture et de l’objet fonctionnel. Modèle « Totem » de Cooke &amp; Lewis. © Castorama
Très tendance, le lavabo totem investit l’univers de la salle de bains. Appareil autoportant, au look épuré, il tient à la fois de la sculpture et de l’objet fonctionnel. Modèle « Totem » de Cooke & Lewis. © Castorama

Cabine de douche intégrale ou à composer

Solution pratique par excellence, la cabine intégrale est un moyen simple et rapide d'aménager un coin douche. Le montage s'effectue souvent sans outils et sans joint siliconesilicone. Posée à l'emplacement prévu, il n'y a qu'à raccorder les arrivées d'eau et l'évacuation. Le receveur est généralement en acrylique. Sa géométrie (carrée, rectangulaire, quart de rond) conditionne la forme de la cabine de douche. Les parois de fond et les portesportes (coulissantes ou pivotantes) sont en verre trempéverre trempé dépoli, opaque ou transparenttransparent. Les dimensions standard des cabines intégrales s'échelonnent de 80 x 80 à 120 x 90 cm. Les modèles de base sont munis d'un mitigeurmitigeur mécanique et d'une douchette sur flexible. À mesure que l'on monte en gamme, l'équipement se sophistique : mitigeur thermostatique, douchette + pomme de tête ou zénithale, tablettestablettes de rangement, colonne hydromassante...

Avec la douche à composer, toutes les options sont possibles en fonction de l'espace à équiper, du niveau de confort désiré, du budget disponible. Le choix du receveur - à poser ou à l’italienne - dépend des possibilités d'implantation du système de vidage : hors sol ou encastré dans le plancherplancher. Les parois de la douche peuvent être vitrées, constituées de panneaux à carreler, de carreaux ou de plaques de plâtreplaques de plâtre hydrofuges, etc. S'agissant de la robinetterierobinetterie, la présence d'un mitigeur thermostatique avec blocage de température est recommandée pour la sécurité des enfants et des personnes âgées. S'il bénéficie de la technologie « corps froid », c'est encore mieux.

La douche à l’italienne se caractérise par son esthétique et sa facilité d’accès. Quel que soit le type de receveur, bac extra-plat ou kit à carreler par exemple, le dispositif de vidage (siphon de sol, canivelle…) doit assurer une évacuation rapide de l’eau. © Schulte
La douche à l’italienne se caractérise par son esthétique et sa facilité d’accès. Quel que soit le type de receveur, bac extra-plat ou kit à carreler par exemple, le dispositif de vidage (siphon de sol, canivelle…) doit assurer une évacuation rapide de l’eau. © Schulte

La baignoire : classique, rectangulaire ou balnéo

Ce symbole de confort se décline en un large éventail de formes, tailles et matières. La baignoirebaignoire rectangulaire, forme la plus courante, peut se poser en angle comme en plein mur. Les largeurs standard varient de 70 à 90 cm et les longueurs de 105 à 180, voire 190 cm. Les baignoires d'angle sont très accueillantes, mais occupent une surface conséquente : 120 x 120 à 140 x 140 cm. Les modèles asymétriques sont plus faciles à intégrer : à partir de 85 ou 90 cm de largeur et 150 cm de longueur. Élément décoratif à part entière, la baignoire îlot revient en force. Classique ou design, elle est surtout destinée aux grandes salles de bains.

Cette baignoire combine l’agrément de l’hydromassage à la verticale et le confort du bain. La cuve (ergonomique) est en acrylique renforcé sur structure à vérins, l’espace douche à fond thermoformé avec rangements intégrés et porte en verre trempé. © Gelco Design
Cette baignoire combine l’agrément de l’hydromassage à la verticale et le confort du bain. La cuve (ergonomique) est en acrylique renforcé sur structure à vérins, l’espace douche à fond thermoformé avec rangements intégrés et porte en verre trempé. © Gelco Design

Acier émaillé, fontefonte, matière synthétique (ABSABS renforcé, acrylique...), le matériau de la baignoire détermine sa résistancerésistance à l'usage et ses conditions d'entretien. Idéalement, la cuve doit être adaptée à la morphologiemorphologie de ses utilisateurs principaux. Les modèles ergonomiques, avec leur profil adapté au corps humain, sont les plus confortables à utiliser. Les versions balnéo, à une ou deux places, offrent le plaisir incomparable du bain à remous.