Maison

Motorisation des volets battants : le montage pas à pas

Dossier - Motoriser des volets battants
DossierClassé sous :Bâtiment , Maison , décoration

La motorisation des volets battants reproduit le mouvement du bras humain pour ouvrir et fermer les volets pivotants. Proposé sous plusieurs coloris, pour un maximum de discrétion, ce matériel s’adapte à tous les types de volets et sa pose est accessible au plus grand nombre.

  
DossiersMotoriser des volets battants
 

Une fois avoir préparé l'installation de la motorisation de vos volets battants, suivez les étapes ci-dessous pour une bonne mise en place de l'automatisme.

Motorisation des volets battants : le montage pas à pas. Ici, fenêtres symétriques avec volets bleus à persiennes pouvant être motorisés. © Cataliseur30, Fotolia

Informations de base sur la motorisation des volets battants

De faible encombrement, le caisson n'occupe que 82 millimètres en largeur et 50,2 millimètres en hauteur. Profondeur de linteau minimale : 150 millimètres. L'installation ne présente guère de difficulté et peut être réalisée en moins de deux heures par un bricoleur « moyen ». La pose sous linteau convient à tous les types de baies (fenêtres ou portes-fenêtres), celle sur appui uniquement aux fenêtres.

Schéma de la pose de la motorisation de volets battants. © Voltec

Outillage

L'outillage nécessaire se limite à sept outils :

  • un niveau à bulle de 40 à 60 centimètres ;
  • une perceuse à percussion ou un perforateur (selon la dureté de la maçonnerie) ;
  • une clé à pipe de 13 ;
  • une clé à pipe de 18 ;
  • un marteau moyen ;
  • un tournevis cruciforme ;
  • un crayon. 

Première étape : le repérage des points essentiels

Dans un premier temps, les vantaux sont fermés afin de délimiter sous le linteau (de l'intérieur de la maison) l'emplacement de l'actionneur au plus près du volet.

Le traçage effectué, retour à l'extérieur pour repérer les points de fixation du caisson à chaque extrémité. Le fabricant préconise de le présenter à l'endroit voulu et de frapper (modérément) au marteau sur les tire-fond pour marquer les perçages. On peut aussi confectionner un gabarit de pose en carton épais, plus aisé à manipuler.

Première étape : le repérage. © Voltec

La fixation du caisson

Un ancrage solide est impératif. Les fixations fournies, de Ø 8 x 80 millimètres, nécessitent des chevilles de Ø 10 millimètres adaptées à la nature (pleine ou creuse) de la maçonnerie. Après perçage et chevillage, le caisson est fixé en vissant ses tire-fond (munis d'une rondelle éventail) avec la clé de 13.

Durant l'opération, il est indispensable de contrôler le niveau dans la longueur et la largeur. On peut ensuite monter les bras et les bagues d'entraînement en serrant les vis idoines (TH 12 x 20), avec la clé de 18, sans les bloquer ni oublier d'interposer une rondelle « Belleville ». Celle-ci faisant ressort évite qu'il y ait du jeu. 

Deuxième étape : la fixation du caisson. © Voltec

Suite du montage

Le montage se poursuit en repérant d'abord sur les vantaux ouverts l'emplacement du galet situé à l'extrémité des bras. L'opération se répète sur le volet fermé, ce qui permet de déterminer la course des bras et, donc, le positionnement des glissières.

Le montage se poursuit. © Voltec

Quelques précisions

Après avoir inséré les bras dans les glissières, celles-ci sont centrées entre les repères et réglées de niveau. Si les lames du volet présentent des défauts de planéité, il faut interposer des petites cales d'épaisseur entre le bois et les glissières avant de les fixer (vis TF de Ø 5 x 35 millimètres).

L'alignement des glissières. © Voltec

Dernière étape : la fixation des bras

Une fois les glissières en place, les vantaux sont manœuvrés plusieurs fois à la main pour vérifier le bon fonctionnement de l'actionneur.

La fixation des bras. © Voltec

Les bras peuvent alors être bloqués en serrant fermement les boulons. Deux plaquettes clipsables et deux capuchons à emboîter sont prévus pour dissimuler les têtes des fixations.