Maison

Machine à traire

DéfinitionClassé sous :Maison , Invention , traité
La machine à traire permet d'extraire le lait des pis d'une vache de manière automatique. © David Monniaux, CC BY-SA 2.0, Wikimédia Commons

La machine à traire, ou trayeuse, fut pendant longtemps un rêve d'agriculteur : depuis le début du XIXe siècle, les éleveurs recherchaient un moyen de mécaniser la traite des vaches, un travail long et pénible, mais essentiel.

  • Inventée en 1860 par F.C. Colvin

Les évolutions de la machine à traire

Sa première version, d'origine inconnue, imitait le geste manuel : il s'agissait de réaliser un robot capable de recréer les mouvements de manière automatique. Cependant, ces premières machines rudimentaires fonctionnaient mal, car elles ne s'adaptaient pas correctement à toutes les tailles de pis. Une deuxième méthode fut alors envisagée : créer une machine reproduisant le geste de succion exercée par un veau. F.-C. Colvin décide alors de mettre au point une telle machine : elle est équipée d'un gobelet à fixer sur le trayon ainsi qu'un pulsateur, qui envoie des pulsations rythmées permettant l'aspiration du lait. Les premières machines souffrent d'un problème d'agressivité : à force de traire de cette manière, les pis des vaches deviennent douloureux, et du sang peut s'écouler. De plus, il est toujours indispensable qu'un agriculteur appose la machine sur chaque pis de la vache.

Progressivement, la trayeuse s'améliore : elle est désormais capable d'alterner entre phase de succion et phase de massage, rendant indolore la traite pour la vache. De plus, depuis le début des années 2000, il existe des machines à traire entièrement automatiques, ne nécessitant l'intervention d'aucun homme. Cette pratique s'est largement répandue grâce à F.-C. Colvin qui en fit la publicité à travers le monde, et la traite des vaches est désormais majoritairement effectuée par ces machines à traire. 

Cela vous intéressera aussi