Ces blocs de béton s'inspirent des statues de l'île de Pâques. © Walking Assembly

Maison

Des blocs de pierre d'une tonne qu’on peut déplacer à la main !

ActualitéClassé sous :Bâtiment , bloc de béton , densité du béton

Des chercheurs ont conçu d'immenses blocs en béton qui s'imbriquent et se déplacent sans grue ni matériel lourd. De quoi révolutionner la construction classique et faciliter le démontage des bâtiments dans une démarche de développement durable.

Et si demain les chantiers de construction se passaient de grues et d'engins de transport ? C'est l'objectif affiché de Matter Design, un studio de création architecturale basé à Boston, qui s'est allié avec le cimentier Cemex pour concevoir ces énormes « briques » que l'on peut déplacer et assembler à la seule force de la main. Baptisée Walking Assembly, cette série de six blocs de béton mesurant entre trois et six mètres de haut et d'un poids compris entre 420 kilogrammes et 1,77 tonne, permet de construire une muret avec un escalier intégré en 15 minutes. Leur secret : le design d'un béton à densité variable qui permet d'ajuster le centre de gravité de l'élément de façon à le faire facilement « rouler » et pivoter comme un culbuto. Une fois à sa place, la pierre est freinée à l'aide d'une masse introduite dans un trou puis s'équilibre naturellement. La forme de chaque bloc a été savamment étudiée pour qu'ils s'encastrent parfaitement les uns dans les autres à l'aide d'encoches.
 

Les chercheurs se sont inspirés des statues de l'île de Pâques pour concevoir ces blocs en béton avec un centre de gravité bas. © Matter Design

Un design inspiré des statues de l’île de Pâques

C'est en s'inspirant des anciennes constructions mégalithiques comme Stonehenge ou les statues de l’île de Pâques que les cofondateurs ont eu l'idée de ce projet. « Les Rapa Nui ont sculpté leurs statues Moai de façon à ce que leur centre de gravité les fasse pencher vers l'avant afin que tout ce que vous avez à faire pour les déplacer est de les balancer d'avant en arrière », explique ainsi Brandon Clifford, le cofondateur de Matter Design. « Ce qui est incroyable, c'est que cette civilisation dite primitive ait réussi à concevoir un tel système faisant appel à la physique et à des géométries complexes pour déplacer des objets extrêmement lourds. »

Les pierres s’imbriquent parfaitement les unes dans les autres pour former un mur avec un escalier intégré. © Walking Assembly

Fondé en 2008 par Brandon Clifford, professeur au MIT, ainsi que Wes McGee, directeur du FabLab de l'université de Michigan et Jo Lobdell, le studio Matter Design n'en n'est pas à coup d'essai. En 2015, il avait déjà conçu une sculpture baptisée « McKnelly Megalith » pouvant être érigée à la verticale quasiment sans effort. En 2012, sa voûte alvéolée « La Voûte de LeFevre » a été élaborée à partir de la technique de la stéréotomie, qui consiste à découper de petites pierres pour construire un ensemble complexe. Un mode de construction courant dans la Grèce antique ou l'architecture étrusque.

Des bâtiments qu’on peut construire et déconstruire comme un Lego

Au-delà de l'esthétique et du côté pratique, ces nouveaux mode de construction pourraient répondre à plusieurs défis pour le futur. La plupart des bâtiments en béton hors d'usage sont aujourd'hui démolis et génèrent des milliers de tonnes de déchets, fait remarquer Brandon Clifford. Une structure facilement démontable permettrait de limiter le gaspillage et les émissions de CO2 en réutilisant les blocs. C'est aussi un moyen rapide, peu coûteux et beaucoup plus solide que le préfabriqué pour édifier des bâtiments temporaires lors de catastrophes naturelles ou pour des besoins ponctuels en logement. Le studio travaille également sur des murs basculants, où des dalles de béton sont coulées horizontalement puis levées à la verticale pour ériger un mur.

  • Le studio Matter Design a conçu des blocs en béton de plusieurs centaines de kilogrammes que l’on peut assembler à la seule force humaine.
  • Les chercheurs se sont inspirés des techniques de construction ancestrales comme celle des Rapa Nui sur l’île de Pâques.
  • Plus durable et peu coûteux, ce mode de construction permettrait d’ériger des bâtiments éphémères plus solides que le préfabriqué.
Abonnez-vous à la lettre d'information La quotidienne : nos dernières actualités du jour.

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !

Cela vous intéressera aussi