En cas de choc, un airbag se gonfle à une vitesse de quelque 200 km.h-1. © thieury, Fotolia

Tech

Comment fonctionne un airbag ?

Question/RéponseClassé sous :voiture , airbag , coussin gonflable

L'airbag a fait son apparition dans nos voitures dès les années 1980. Un peu avant même, sur certains modèles. Il est destiné à amortir les chocs et à limiter les blessures. Son efficacité repose sur sa faculté à se déployer rapidement après avoir détecté un choc.

Un airbag — autrement appelé coussin gonflable — est fait de toile. Une fois déployé devant le conducteur d’une voiture, il peut contenir jusqu'à 70 litres de gaz — celui du passager étant généralement plus volumineux. Et pour se déployer, il ne lui faut pas plus que le temps d'un clignement d’œil, soit quelque 150 millisecondes.

La détection du choc

C'est à un tout petit instrument — sa surface n'excède pas les 2 mm2 — appelé accéléromètre que revient la tâche de détecter les éventuels chocs. Au nombre de deux, ils se présentent sous la forme de sorte de peignes en silicium. Le premier est fixe. Le second est mobile. Ainsi, lorsque la voiture change de vitesse, le second peigne se déplace par rapport au premier. Un déplacement qui influe sur la capacité électrique de l'accéléromètre. Les variations de capacité électrique sont mesurées et comparées à des valeurs seuils établies lors de crash-tests.

L’azoture de sodium qui sert au déclenchement des airbags est extrêmement toxique. Ingéré, il peut provoquer la mort par empoisonnement. © nastenka_peka, Fotolia

Le déclenchement de l’airbag

En cas d'accident — généralement lors d'un choc à une vitesse supérieure de 20 à 25 km.h-1 —, la variation de capacité électrique va dépasser les seuils préétablis. Un signal électrique est alors envoyé vers l'airbag, commandant son gonflage. Le processus qui intervient ensuite est purement chimique. Sous l'effet de la chaleur, c'est généralement de l'azoture de sodium (NaN3) qui va produire du sodium (Na) et du diazote (N2), un gaz qui entre naturellement dans la composition de l’air.

Notez que le sodium solide produit par la réaction doit être neutralisé grâce à du nitrate de potassium (KNO3). Sans quoi, il risquerait de s'enflammer.

Le dégonflage de l’airbag

Après son déclenchement, l'airbag va rapidement se dégonfler sous la pression du corps une fois le choc amorti ; le tout afin d'éviter les rebonds et de faciliter l'intervention des secours dans l'habitacle de la voiture.

Cela vous intéressera aussi

Être svelte peut-il nous sauver d’un accident de la route ?  On peut facilement penser qu’être de forte corpulence pourrait nous protéger lors d’un accident de voiture. En réalité, ce n’est pas tout à fait le cas. Discovery Science se penche sur la question au cours de cette vidéo.