Tech

Qu'est ce que le Web 2-0 ?

Dossier - Internet 2, le Web de demain
DossierClassé sous :télécoms , Internet 2 , Internet

-

Web 2.0. Voila le terme à la mode, la promesse d'un nouveau web, d'une révolution comme d'une nouvelle version de l'internet.

  
DossiersInternet 2, le Web de demain
 

Difficile de comprendre quel est ce web 2.0 dont tout le monde parle, tant les définitions semblent s'opposer. Comme le souligne l'animateur d'Homo-Numéricus : "On voit bien qu'il s'agit d'un même phénomène, mais aux multiples dimensions. Certains insistent sur la dimension technique, d'autre sur les pratiques éditoriales, d'autre encore sur la dimension sociologique." D'un côté, il est vu comme le basculement des techniques vers des services, de l'autre il représente un nouveau réseau d'interaction sociale. Dans les deux cas pourtant, il replace l'utilisateur et ses relations avec les autres, plutôt qu'avec des contenus ou des machines, au centre de l'internet. Le web 2.0 est résolument relationnel.

L'éditeur Tim O'reilly rappelle certainement le mieux d'où vient la formule : à son origine, le terme "web 2.0″ capturait le sentiment commun selon lequel il se passait quelque chose de qualitativement différent sur le web d'aujourd'hui. Pour lui, comme pour l'ancien rédacteur en chef de Wired, Kevin Kelly, la clef du succès dans cette nouvelle étape de l'évolution du web réside dans l'intelligence collective. "Le web 2.0 repose sur un ensemble de modèles de conception : des systèmes architecturaux plus intelligents qui permettent aux gens de les utiliser, des modèles d'affaires légers qui rendent possible la syndication et la coopération des données et des services... Le web 2.0 c'est le moment où les gens réalisent que ce n'est pas le logiciel qui fait le web, mais les services !"

Vu par les techniciens de l'internet, le "nouveau" web a pour objectif de rendre les sites web compréhensibles par des machines via un ensemble de technologies (pour résumer, celles du web sémantique) qui permettent d'agréger ou de partager des services et des contenus, de refondre les interfaces, etc. Vu par les designers, le web 2.0 parle de l'amélioration de l'expérience utilisateur. Ainsi, pour Frédéric Cavazza, spécialiste d'utilisabilité et d'ergonomie, le web 2.0 combine, d'un côté, une amélioration des interfaces utilisateurs et de l'autre, des architectures plus flexibles, des protocoles de communication plus ouverts (web services), une interopérabilité plus poussée... Le web 2.0 repose sur une multitude de petites améliorations technologiques (la révolution AJAX, comme disait récemment encore Wired), ergonomiques (interfaces riches), sémantiques (micro-formats)... qui donnent des résultats d'une grande souplesse d'utilisation comme NetVibes par exemple, un agrégateur en ligne utilisant ces techniques.

A qui s'adresse en définitive le Web 2.0, se demande alors le consultant en "usabilité" Peter Merholz ? Aux ordinateurs, comme le clame Jeff Bezos d'Amazon, ou bien aux utilisateurs auxquels il confère un pouvoir nouveau ? Joshua Porter se range résolument du côté des utilisateurs : technologiquement, rien d'essentiel n'a changé sur l'internet depuis 10 ans. L'essence du "nouveau web" réside dans ce qu'en font aujourd'hui les gens. Pour lui, le web 2.0 c'est le partage de l'information, fondé sur des bases de données ouvertes qui permettent à d'autres utilisateurs de les employer.

Dannah Boyd, sociologue et chercheuse chez Yahoo!, s'intéresse moins à la distinction machines/humains qu'à la "glocalisation" : la glocalisation c'est quand un produit global est également adapté aux particularités locales, quand il restitue à la globalisation sa dimension sociale. En mettant en avant, par exemple, les Folksonomies qui permettent d'ajouter des mots clefs à des contenus, ou le rôle du remix, elle s'intéresse aux "nouvelles structures de réseau qui émergent des structures globales et locales". Le web 2.0 donne aux gens la possibilité de trouver, organiser, partager et créer de l'information d'une manière à la fois personnelle et globalement accessible. Il est alors entendu comme une "variation structurale dans l'écoulement de l'information".

Pour Ian Davis, enfin, le web 2.0 est une attitude, une philosophie d'ouverture sociale dont le but est d'abandonner le contrôle individuel sur les choses au profit de la participation du plus grand nombre.

Pour tous, le web 2.0 est une plate-forme d'innovation qui fait en quelque sorte du web un système d'exploitation. Richard Marcus, de Web 2.0 Explorer, met tout le monde d'accord : que ce soit celles des techniciens, des sociologues, des web designers, des philosophes, des éducateurs, des businessmen... toutes les définitions du web 2.0 comptent, comme le souligne aussi Richard MacManus qui en a répertorié beaucoup.

"Le web 2.0 est social, est ouvert (ou il le devrait), il vous laisse le contrôle de vos données, il mélange le global au local. Le web 2.0 correspond à de nouvelles interfaces - de nouvelles manières de rechercher et d'accéder au contenu. Le web 2.0 est une plateforme - et pas seulement pour que les développeurs créent des applications comme Gmail ou Flickr. Le web 2.0 est une plateforme prête à recevoir les éducateurs, les médias, la politique, les communautés, pour pratiquement chacun en fait ! ... Le web 2.0 c'est tout cela et ne laissez personne vous dire que c'est l'une ou l'autre de ces définitions. Le web 2.0 parle des personnes, quand le web descend à eux."

Dans son excellent article "Web 2.0 : la puissance derrière le battage médiatique" ("Web 2.0 : The Power Behind the Hype"), le webdesigner Jared M. Spool va dans le même sens : le web 2.0 n'est pas une chose, mais une collection d'approches, qui toutes convergent sur un monde de nouveaux développements. Ces approches, y compris les API, RSS, Folksonomies, Réseaux sociaux..., proposent soudainement aux créateurs d'applications une nouvelle manière d'approcher des problèmes complexes avec des résultats étonnemment efficaces.

Le web 2.0 n'est pas une révolution technique accessible aux seuls développeurs. Il repose sur des outils simples d'utilisation centrés sur l'utilisateur. J'ajouterais même, sur l'utilisateur en réseau. Car cet individu n'est pas atomisé, mais bien relié aux communautés qui sont les siennes.

La souplesse du concept englobe un peu toutes les innovations actuelles du web en en régénérant l'attrait. Un peu comme les modernes chassent les modernes. Un peu comme l'internet nouvelle nouvelle génération chasse l'internet nouvelle génération, lui-même chassant l'internet... Tout en permettant à tous de coexister.

Dans ce nouveau départ, dans cette nouvelle vague de réappropriation du web, ne faut-il pas voir tout simplement que l'internet devient enfin un horizon où projeter ses attentes. Que le web devient non plus une aventure technologique, mais bien une aventure humaine.