Tech

Exemples de traitement informatique des images

Dossier - La photo numérique : du capteur à l'image
DossierClassé sous :technologie , Incontournables , numérique

Ce dossier s’intéressera plus particulièrement aux capteurs numériques, qui sont au cœur des appareils photo modernes, en suivant le cheminement de la formation de l’image. Il montrera les avantages et les limites de la technique numérique en photographie et aidera à décrypter la véritable signification des annonces faites par les fabricants à propos des performances de leurs appareils.

  
DossiersLa photo numérique : du capteur à l'image
 

Pour peu qu'on ait un peu de patience, il est souvent simple d'améliorer significativement les image fournies par l'appareil, comme on va le voir ci-dessous.

Bordeaux (France) : hôtel de la Bourse. © J.-P. Louvet

Il a paru intéressant de montrer quelques exemples de ce qu'il est possible d'obtenir par traitement informatique des images. Il s'agit volontairement d'images enregistrées en JPEG avec un appareil compact ancien afin de démontrer ce qu'il est possible de faire avec un appareil photo numérique (APN) d'amateur. Toutes les opérations ont été faites avec le programme libre Gimp, version Windows, sauf le débruitage qui a été fait avec un programme séparé quand il était nécessaire. Il sera ainsi possible de constater que des résultats honorables peuvent être obtenus malgré les limitations de ce format. Ceci pourra donner envie à certains de se lancer dans cette voie, même s'ils ne possèdent pas un appareil haut de gamme capable de fournir des fichiers RAW.

Certains traitements concernent la totalité de l'image. D'autres ont été appliqués à de zones limitées qu'il a fallu sélectionner au préalable. Enfin, certaines retouches ont utilisé l'outil à cloner qui permet de recopier à un endroit d'une image des parties prélevées ailleurs ou sur une autre image. Toutes les modifications locales ont utilisé des outils à bords flous de façon à éviter des raccords brusques qui auraient donné l'impression d'un découpage. Voici par exemple ce que donne une sélection à bord flou et l'image d'une « brosse » à bord flou qu'on pourra utiliser comme « pinceau » dans l'outil à cloner (la représentation en noir et blanc de la brosse est purement symbolique puisque la brosse peut servir à appliquer n'importe quel motif ou couleur).

Sélection à bords flous. © J.-P. Louvet
Brosse à bord flou (généralement on utilise des brosses de plus petite taille). © J.-P. Louvet

Redresser une image penchée

Bordeaux : le « pont de pierre ». © J.-P. Louvet

Redresser une perspective (corriger l'effet de trapèze dû à l'appareil pointant vers le haut) :

Bordeaux : le « Grand Théâtre ». © J.-P. Louvet

Correction de l'équilibre des couleurs

Les sujets à l'ombre ont toujours une dominante bleue désagréable à cause de la lumière du ciel. La perspective a en outre été redressée.

Bordeaux : cathédrale Saint-André ; portail nord. © J.-P. Louvet

Sauvetage d'une photographie

Bien que cette image soit assez quelconque, elle permet de montrer comment il est possible de récupérer une photographie qui serait partie à la poubelle en argentique. La zone sombre en haut à gauche est causée par la main qui essayait de protéger l'objectif des gouttes d'eau de la fontaine. Le ciel manquant a été rajouté par copié-collé d'une sélection à partir d'une photographie dont le rendu de la couleur était compatible. La cime des arbres manquante a été reconstituée grâce à l'outil à cloner. Quelques taches dans le ciel dues aux gouttelettes ont été également supprimées avec ce même outil. Enfin, le contraste a été légèrement renforcé ainsi que les couleurs.

Bordeaux : monument des Girondins. © J.-P. Louvet

Suppression d'un éclairage inesthétique et redressement de la perspective.

À Stockholm. © J.-P. Louvet

Modification d'un décor végétal avec l'outil de clonage

L'image initiale se trouve en haut ; en bas, on peut voir l'image modifiée. © J.-P. Louvet

Pour terminer, parlons d'un traitement plus complexe. Préalablement à toute modification, l'image a été débruitée pour supporter sans dommage les modifications ultérieures.

Tout d'abord, l'objectif en position grand angle présente une distorsion « en coussinet » (le bord du plan d'eau au bas de l'image est courbe) qui a dû être corrigée en surimposant une déformation « en barillet » complémentaire. Il faut tâtonner pour trouver la bonne amplitude de correction. L'image a été également légèrement redressée et les verticales contrôlées par la superposition temporaire d'une grille. La façade dans l'ombre est trop sombre et trop contrastée par rapport au reste de l'image. Elle présente en outre une dominante bleue. Il a fallu l'éclaircir mais une simple modification du contraste aurait donné un mauvais résultat. La correction de base a été réalisée par masquage en créant un calque monochrome à partir de l'image, en l'inversant (passage en négatif) et en le surimposant à l'image initiale pour diminuer le contraste entre les zones claires et la masse sombre des bâtiments (il existe d'autres techniques reposant toutes sur l'application de masques). Généralement, cette opération suffit à « remonter les ombres ».

Cependant, l'image présentait d'autres difficultés. En particulier, la dominante bleue altérait la couleur caractéristique de la pierre de Bordeaux. La façade a donc été ensuite sélectionnée manuellement pour corriger l'excès de bleu. Le ciel a été sélectionné pour corriger sa luminosité, légèrement modifiée par le masque. Le bord du plan d'eau a été également sélectionné pour atténuer un excès de bleu.

Bordeaux : place de la Bourse. © J.-P. Louvet

Finalement, on obtient une image bien plus agréable et plus conforme à l'aspect réel mais un traitement aussi complexe est rarement nécessaire.