Le concept Pop.Up imaginé par Airbus et Italdesign prend le contrepied des projets de voitures volante existant, en créant une capsule indépendante qui vient se connecter à un module automobile ou aérien. © Airbus, Italdesign

Tech

Airbus dévoile Pop.Up, un concept de drone-navette

ActualitéClassé sous :voiture , Voiture volante , airbus

Par Marc Zaffagni, Futura

Allié à Italdesign, Airbus a dévoilé son concept de navette modulaire biplace tantôt voiture électrique, drone autonome ou capsule pour un transport terrestre à grande vitesse type Hyperloop. Le tout sera géré par une intelligence artificielle qui choisira la combinaison la plus efficace en fonction du temps de trajet et des préférences des voyageurs.

En début d'année, Airbus annonçait qu'il travaillait à un projet de voiture volante en vue de créer un service de taxi que les usagers pourraient réserver via une application mobile. Le constructeur aéronautique indiquait qu'il comptait tester un premier prototype d'ici fin 2017. En réalité, c'est sur un concept encore plus ambitieux que planche Airbus...

À l'occasion du salon international de l'automobile de Genève (Suisse), l'entreprise toulousaine a dévoilé un projet de transport multimodal baptisé Pop.Up. Conçu en partenariat avec la firme italienne Italdesign, spécialisée dans l'ingénierie pour l'industrie des transports, il s'agit d'un système de navette modulaire qui se compose de trois éléments : une capsule en fibre de carbone, pouvant accueillir deux passagers ; un châssis quatre roues à propulsion électrique ; un module aérien à huit rotors, électriques eux aussi. La capsule indépendante pourra être connectée à l'un ou l'autre de ces modules en fonction des besoins.

Selon le scénario de déplacement, la capsule pourra se transformer en voiture électrique ou en drone à pilotage autonome pour emprunter la voie des airs. Une troisième option envisagée consiste à intégrer la capsule à un système de transport à grande vitesse type Hyperloop. Dans les faits, ce système de transport, qui sera vraisemblablement proposé comme un service, s'utilisera à partir d'une application mobile. Une fois que le voyageur aura indiqué sa destination, une intelligence artificielle (IA) proposera plusieurs scénarii en tenant compte de l'état du trafic et des préférences du voyageur.

Dans le concept Pop.Up, chaque module ainsi que la capsule seront dotés de batteries et formeront un système d’alimentation unifié lorsqu’ils sont connectés les uns aux autres. © Airbus, Italdesign

Pop.Up pourrait entrer en service d’ici une dizaine d’années

Le trajet pourra débuter en mode voiture électrique autonome puis, à certains points, basculer sur le mode aérien avec le drone venant se fixer sur le toit de la capsule pour l'emporter dans les airs, le module terrestre retournant alors à la station Pop.Up la plus proche. Une telle combinaison pourrait par exemple être intéressante pour des personnes vivant en périphérie de grandes agglomérations. Elles rouleraient jusqu'aux portes de la ville puis voleraient pour rejoindre leur lieu de travail dans le centre.

Lors de la présentation, Airbus et Italdesign ont fourni quelques éléments techniques sur la configuration de la plateforme Pop.Up. La capsule mesurera 2,64 m de long pour 1,54 m de large et 1,41 m de haut. Elle pourra donc emporter deux personnes pour une charge totale de 200 kg. Le module terrestre mesurera 3,11 m de long pour 1,90 m de large et 68 cm de haut. Il sera propulsé par deux moteurs électriques sur les roues arrière délivrant une puissance de 60 kW.

La voiture autonome pourra rouler à 100 km/h sur une distance de 130 km. La charge des batteries se fera en 15 mn. Quant au module aérien, il sera doté de huit rotors contrarotatifs électriques d'une puissance totale de 136 kW. Une fois connecté à la capsule, il pourra voler jusqu'à 100 km/h sur une distance maximale de 100 km. Si sur le papier le concept Pop.Up semble faisable et plutôt pertinent, la mise en œuvre n'en sera pas moins complexe. Pour autant, Airbus et Italdesign estiment qu'il pourrait voir le jour d'ici une dizaine d'années.

Pour en savoir plus

Airbus compte tester un prototype de voiture volante en fin d'année

Article initial de Marc Zaffagni, paru le 17/01/2017

Airbus vient d'annoncer qu'il compte tester un premier prototype de voiture volante autonome en fin d'année. Le constructeur aéronautique européen n'est pas le seul à plancher sur cette solution.

Après Larry Page, le patron de Google, et son projet de voiture volante qu'il finance en secret, voici que le groupe Airbus réfléchit lui aussi très sérieusement à ce type de transport pour des déplacements urbains sur de courtes distances. « Il y a une centaine d'années, les transports urbains sont passés sous terre. À présent, nous avons les moyens technologiques pour nous élever dans les airs », a déclaré Tom Enders, le PDG d'Airbus, à l'occasion de la conférence DLD (Digital Life Design), à Munich, en Allemagne. Il a ajouté qu'il espérait qu'un premier prototype capable d'emporter une personne soit opérationnel en fin d'année.

L'année dernière, Airbus a ouvert une division baptisée Urban Mobility. La vocation de cette dernière est d'explorer les pistes possibles pour des moyens de transport aériens individuels ou de petits véhicules à décollage vertical susceptibles d'emporter plusieurs passagers. L'objectif final serait de créer un service de taxi que les usagers pourraient réserver via une application mobile, exactement comme ils le font aujourd'hui avec Uber.

Uber et EHang pensent aussi au drone taxi

Uber travaille lui aussi sur un projet de drone taxi à décollage et atterrissage verticaux qui pourrait partir depuis les toits des bâtiments et effectuer des trajets interurbains. Le service de véhicule de transport avec chauffeur estime que ce type d'appareil pourrait entrer en service d'ici une décennie.

Airbus et Uber ne sont pas les seuls à envisager cette solution. Futura vous a déjà parlé du drone taxi EHang 184 qui fut présenté lors du Consumer Electronics Show 2016. En 2017, la firme chinoise est revenue à Las Vegas en annonçant que son appareil avait accompli 200 vols d'essai sans incident. EHang estime qu'il lui faudra encore deux à trois ans pour finaliser le développement.

Aeromobil, une drôle de voiture volante  En 2014, une entreprise slovaque, Aeromobil, présentait un prototype réussi de voiture volante. L'engin, qui a volé dans sa version 3, arbore des ailes pliantes. Une curiosité agréable à regarder, qui montre que les ingénieurs aéronautiques explorent toujours cette piste vers la réalisation d'un rêve séculaire. 

  Les commentaires ne sont pas disponibles pour le moment.