Google Traduction gère quelques 10.000 paires de langues. © Cybrain, Shutterstock

Tech

Google améliore son système de traduction instantanée grâce à l’intelligence artificielle (MAJ)

ActualitéClassé sous :Traducteur , Google , traduction automatique

-

Google fait état de progrès très importants pour son service de traduction instantanée grâce à l'adoption d'un réseau neuronal d'apprentissage profond. Comparé à son application actuelle Google Traduction, ce nouvel outil réduit le taux d'erreurs jusqu'à 85% et serait presque impossible à distinguer d'une traduction humaine. Pour le moment, il est capable de traduire du chinois mandarin en anglais.

La traduction instantanée est l'un des domaines dans lesquels l'intelligence artificielle (IA) est amenée à jouer un rôle majeur. C'est déjà le cas avec les applications pour smartphones et ordinateur, notamment Skype Translator de Microsoft ou Google Translate qui accomplissent des prouesses et nous permettent de consulter des sites Internet ou de dialoguer avec des personnes dans une langue étrangère.

Mais d'importants progrès, notamment en matière d'apprentissage profond et de réseaux neuronaux, nous laissent entrevoir le jour pas si lointain où des machines polyglottes feront d'aussi bons interprètes que les humains. Google nous en donne un aperçu avec une nouvelle IA qui fait faire des progrès très significatifs à son système de traduction instantanée. Baptisé Google Neural Machine Translation system (GNMT), elle est d'ores et déjà utilisée par l'application Google Traduction (Google Translate) pour passer du chinois mandarin à l'anglais, ce qui représenterait 18 millions de traductions quotidiennes.

L'intelligence artificielle de Google comprend mieux le sens d'une phrase

Selon le géant américain, son intelligence artificielle réduit de 55 à 85% le taux d'erreur par rapport à la version actuelle de l'algorithme de Google Traduction. La nouvelle méthode d'apprentissage profond qui est employée se nomme long short-term memory (LSTM). Elle fonctionne sur le modèle de la mémoire humaine, en donnant à l'IA la capacité de retenir des informations à court et à long terme. Une fois arrivé à la fin d'une phrase qu'il analyse, le système est capable de se souvenir de son début. Il prend en compte l'ensemble des mots, la phrase dans sa globalité et son contexte, ce qui donne un résultat beaucoup plus efficace au niveau du sens.

Jusqu'à présent, Google utilisait une méthode appelée phrase-based machine translation (PBMT) qui faisait de la traduction mot à mot. Les résultats étaient assez inégaux, voire parfois très mauvais lorsqu'il s'agissait des langues asiatiques. Ce n'est d'ailleurs pas un hasard si le nouveau système de traduction a été appliqué au chinois.

La technique LSTM n'est pas nouvelle, mais Google est parvenu à la faire fonctionner beaucoup plus vite, suffisamment pour quelle puisse être employée pour un service de traduction en ligne. Comment ? En utilisant ses propres processeurs spécialement conçus pour l'intelligence artificielle et les réseaux neuronaux multicouches. Selon Google, la même phrase traitée par la méthode LSTM qui prenait 10 secondes à traduire ne nécessite aujourd'hui que 300 millisecondes.

Par ailleurs, les chercheurs ont trouvé le moyen d'optimiser la collaboration entre les différentes couches du réseau neuronal. Ainsi, alors qu'une couche est en train de faire ses analyses, la suivante commence à travailler sans attendre que la première ait terminé. Google indique qu'il compte étendre l'usage de sa nouvelle IA à d'autres idiomes pris en charge par Google Traduction dans les mois qui viennent.

----------

Article initial de Relaxnews paru le 15/01/2015

L'application Google Traduction, aussi appelée Google Translate, se voit dotée de deux nouvelles fonctions. L'une, Word Lens, permet la traduction d'inscriptions sur des panneaux. L'autre reconnaît les langues parlées et retranscrit automatiquement le contenu à l'oral grâce au mode Conversation. De quoi transformer un smartphone en un véritable traducteur instantané.

Actuellement, Google Traduction permet de traduire des textes dans 90 langues et même de bénéficier de traductions vocales pour certaines d'entre elles. L'entreprise a réalisé une mise à jour de l'application qui permet de reconnaître si une personne parle un langage relativement populaire et d'en faire instantanément une transcription écrite et surtout orale.

L'application est également capable de traduire certains panneaux d'information présents dans la rue. Cela n'est possible que dans quelques langues uniquement.

Google revendique d'ores et déjà quelque 500 millions d'utilisateurs actifs de son application Traduction dans le monde, à travers toutes ses plateformes. Cette technologie est implantée directement dans Android.

Comment fonctionne Google Traduction ? Cette vidéo vous l'explique. © Google Videos, YouTube

Google Traduction vs. Skype Translator

Cette annonce suit celle de Microsoft qui a lancé en 2014 une première phase de test pour Skype Translator. L'idée est de permettre aux internautes de communiquer entre eux quelle que soit leur langue. L'opération s'effectue ici en trois étapes : la retranscription des paroles de chaque interlocuteur en texte via un moteur de reconnaissance vocale, leur traduction par Microsoft Translator et enfin leur lecture par synthétiseur vocal. La transcription de l'appel s'affiche également à l'écran.

Le système de Microsoft repose sur la technologie d'apprentissage automatique, ce qui signifie que plus le système est utilisé et plus il se perfectionne, d'où la nécessité d'avoir de nombreux testeurs inscrits, y compris pour les prochaines langues disponibles comme le français, le chinois, l'arabe, le russe ou encore l'allemand.