Cette capture d’image est issue d’un essai réalisé en conditions réelles par les chercheurs de l’université de Porto. Le système STS est enclenché (STS enabled). Grâce à un affichage tête haute projeté sur le parebrise, le conducteur regarde à travers le bus qu’il veut doubler, grâce à une caméra placée à l’avant de ce dernier. Il peut ainsi voir si la route est dégagée pour envisager le dépassement. La connexion entre la voiture et le bus s’effectue automatiquement via le protocole de communication sans fil 802.11p. La légende de l’image indique que dans un « futur proche, le STS serait intégré de façon transparente dans un parebrise virtuel ». © Université de Porto, YouTube

Tech

Voir à travers un véhicule pour mieux le dépasser

ActualitéClassé sous :technologie , voiture , réalité augmentée

-

Un système de réalité augmentée mis au point par l'université de Porto propose une solution inédite pour dépasser plus facilement les véhicules volumineux, lorsqu'ils obstruent la visibilité. Une caméra installée dans ces véhicules transmet l'image de la route à un système d'affichage tête haute installé dans la voiture les suivant, de telle sorte que le conducteur voit à travers le camion ou le bus qu'il veut dépasser. Pedro Gomes, un étudiant chercheur impliqué dans ce projet, a livré plus de détails à Futura-Sciences.

Dépasser un véhicule long ou volumineux sur une route étroite est toujours une manœuvre délicate. Il faut se déporter légèrement, afin de voir la route au loin pour s'assurer qu'elle est dégagée avant de s'engager. Et si, d'un coup de baguette magique, l'on pouvait voir à travers le camion ou le bus qui nous devance, comme par transparence ?

Un souhait exaucé par une équipe de chercheurs de l'université de Porto au Portugal. Ils ont mis au point une application de réalité augmentée baptisée See-Through System(STS) grâce à laquelle le conducteur d'une voiture peut voir à travers le véhicule qu'il souhaite dépasser. « Malgré tous les développements technologiques dans les communications sans fil, la communication intervéhicules repose toujours sur les vieilles techniques de signaux lumineux et d'avertisseurs sonores. Cette stagnation est étrange, sachant que les accidents de la route sont la huitième cause de mortalité », a fait remarquer à Futura-Sciences le professeur Michel Ferreira, qui dirige l'équipe qui a élaboré le STS.

Pour concevoir le système STS, les chercheurs de l’université de Porto ont testé un système d’affichage tête haute basé sur des lunettes à réalité augmentée. Une option qui n’est évidemment pas envisageable pour un usage grand public. © Université de Porto

Le système repose sur un affichage tête haute qui reçoit l'image transmise par liaison sans fil d'une caméra placée sur le parebrise du véhicule de devant. Le conducteur peut ainsi savoir si la route est dégagée et entreprendre la manœuvre de dépassement. Pedro Gomes, un doctorant qui collabore avec le professeur Ferreira, a expliqué à Futura-Sciences que le système STS repose sur la transmission par ondes radio, basée sur le standard 802.11p. Ce mode de communication à courte portée nommé DSRC (Dedicated Short Range Communications) est utilisé spécifiquement pour les transmissions entre les véhicules, ou avec certains équipements routiers. Par exemple, les boîtiers de télépéage utilisent la norme DSRC. Le 802.11p a l'avantage de pouvoir établir une connexion immédiate sans délai d'association ni d'authentification.

Décalage de 200 millisecondes entre la route et l’écran

Dans le cas du See-Through System, la connexion entre la caméra et le système d'affichage s'effectue automatiquement lorsqu'une voiture s'approche d'un véhicule. Il y a cependant un délai de latence de 200 ms (millisecondes), qui crée un décalage entre ce que le conducteur voit sur son écran et la situation sur la route. Selon Pedro Gomes, dans un cas de figure où les deux véhicules rouleraient à 90 km/h, cela se traduirait par un décalage de 10 m. Ce qui signifie concrètement que si l'image montre un autre véhicule arrivant en sens inverse, il sera en réalité dix mètres plus proche que ce que voit le conducteur.

« Notre analyse de performance du système montre que l'essentiel du délai de latence de 200 ms est lié à la caméra et à l'afficheur, et non au protocole de communication lui-même », assure le jeune chercheur. Il pense qu'« un équipement plus adapté et plus performant réduira ce phénomène de latence pour améliorer la fiabilité du STS ».

Les conducteurs prêts à faire confiance à une image ?

Une amélioration en effet indispensable pour qu'une telle technologie puisse se concrétiser. La question se pose aussi de la confiance que les conducteurs pourraient accorder à un tel procédé, qui suppose de s'en remettre à une image pour prendre la décision d'effectuer un dépassement.

L'équipe de l'université de Porto nous a expliqué qu'une étude a été réalisée auprès d'un échantillon de conducteurs à partir d'un simulateur. « D'après les résultats de cette étude, nous en avons conclu que les gens ont confiance dans le STS et seraient prêts à l'utiliser s'il était disponible sur des véhicules de série », signale Pedro Gomes. Ce dernier nous a précisé que la prochaine étape consistera à collaborer avec les industries de l'automobile et des systèmes d'affichage, pour évaluer de quelle manière le STS pourrait un jour équiper des véhicules.