Tech

Le vélo d'appartement, nouvelle énergie renouvelable

ActualitéClassé sous :technologie , vélo d'appartement , énergie renouvelable

Après les éoliennes et les panneaux solaires, le vélo d'appartement s'apprête à devenir une source d'énergie accessible aux particuliers grâce à un nouveau projet du gouvernement français. Annoncée aujourd'hui par le Ministère de l'écologie, l'opération baptisée Bicyclénergie est soutenue par EDF, qui s'engage à racheter l'électricité produite.

L'ExerGame Fitness Bike, présenté en 2005 par neXfit Technologies Inc., capable de faire fonctionner une console de jeux. © neXfit Technologies Inc.

Branché sur le secteur, un vélo d'appartement peut produire une quantité appréciable d'électricité. Pourquoi ne pas en profiter ? C'est l'idée toute simple qui vient d'être proposée aujourd'hui même par le Ministère de l'écologie. Techniquement, le vélo-générateur ne fait appel à aucun dispositif sophistiqué. Plusieurs prototypes ont été mis au point et leur rendement s'est révélé suffisant pour inaugurer la bicyclénergie, expression forgée pour l'occasion et qui est aussi le nom de l'opération officiellement lancée aujourd'hui.

Des modèles seront rapidement commercialisés et les installateurs professionnels sauront effectuer le branchement pour expédier l'électricité vers le réseau de la maison. Mieux, si la production dépasse la consommation, un boîtier enverra le courant vers l'extérieur, comme pour les éoliennes et les panneaux photovoltaïques. EDF s'est engagée à acheter l'électricité ainsi produite au prix de 0,58 euro le kilowatt-heure (kWh), le tarif le plus élevé pour le rachat d'électricité issue de l'énergie solaire. Toutefois, seuls les vélo-générateurs agréés par le Ministère de l'écologie pourront ainsi être couplés au réseau.

Cet apport est loin d'être négligeable. Sur un vélo, un humain génère entre 30 watts (pédalage tranquille) et 400 watts (athlète masculin entraîné en plein effort). Une telle production est donc supérieure à la consommation d'un téléviseur (entre 80 et 120 watts pour un modèle à tube cathodique). Pédaler en regardant la télévision revient donc, énergétiquement parlant, à éteindre le poste de TV...

270 mégawatts

L'opération est également soutenue par le Ministère de la santé et des sports, qui y voit la motivation pour une activité physique à domicile, facile à pratiquer et qui ne pourra que faire du bien à la population. De quoi faire reculer l'obésité, les maladies cardiovasculaires et les problèmes de dos. « La bicyclénergie deviendra l'activité sportive la plus pratiquée en France » soutient Girelle Labridé, déléguée à l'information et à la communication.

Quant à la disponibilité de cette nouvelle source, elle a fait l'objet d'études de la part de EDF et ne devrait pas poser de problème majeur. Bien sûr, les nombreux téléspectateurs inféodés aux journaux de 20 heures provoqueront à n'en point douter un pic de production entre 20 h 00 et 20 h 30 et on peut attendre une baisse pendant la journée. Mais le gouvernement a plus d'un tour (de pédales) dans son sac. Les technologies dites de réseaux intelligents, ou smart grids, permettent aujourd'hui de mieux utiliser ces sources ponctuelles et multiples.

L'opération, de plus, prévoit des aides particulières pour les entreprises qui pourront équiper les postes de travail de vélo-générateurs. Par ailleurs, comme l'a indiqué Jean-Loup Labrax, responsable de l'opération au Ministère de l'écologie, les personnes inscrites au Pôle emploi bénéficieront d'une aide importante pour acquérir un modèle agréé et ainsi occuper utilement leurs journées au service de la société.

En se basant sur un chiffre de 2,7 millions de personnes sans emploi et une puissance individuelle d'environ 100 watts, on obtient une puissance globale potentielle de 270 mégawatts, souligne-t-on au Ministère.
C'est à peu près la puissance des plus grandes centrales photovoltaïques mondiales. Alors pourquoi pas ?