Commander à la voix, dans l'esprit d'entreprises comme Apple, Amazon et Google, c'est avant tout acheter quelque chose chez eux. © pathdoc, Fotolia

Tech

Enceinte connectée : les experts lui prédisent un gros succès

ActualitéClassé sous :technologie , enceinte connectée , enceinte Echo

Echo d'Amazon, Google Home ou HomePod d'Apple : les enceintes connectées, qui répondent à la voix, représenteront bientôt un marché gigantesque, affirment des cabinets d'étude américains. Commander une pizza depuis son canapé, sans même devoir se lever, serait bien plus « sexy ». Certains, tout de même, rappellent qu'en faisant ainsi ses courses, le client est totalement captif d'une seule chaîne de magasins...

Rester dans son canapé pour acheter des yaourts ou une pizza, sans même avoir besoin d'un ordinateur, est désormais possible grâce à la multiplication des enceintes connectées répondant à la voix, dernière illustration des nouvelles façons de faire les courses grâce à la technologie. Selon le cabinet Gartner, le marché des enceintes connectées à commande vocale représentera 2,96 milliards d'euros en 2021 dans le monde, contre 303 millions en 2015.

Ces haut-parleurs intelligents permettent déjà de passer sa chanson préférée (mais pas depuis n'importe quelle bibliothèque de musiques) ou de régler son chauffage. Ils commencent à servir aussi à faire les courses. Même s'il est difficile d'évaluer la proportion actuelle des consommateurs qui les utilisent pour commander en ligne, les analystes du secteur s'accordent à dire que cette façon de consommer va croître avec le temps. Pour l'instant, malgré le succès des enceintes connectées, c'est encore « une activité de précurseurs », car « les consommateurs n'ont pas encore assez confiance dans la technologie », estime Carolina Milanesi, de Creative Strategies. Et la commande vocale se limite « aux produits simples et faciles à commander », comme des bouteilles de soda, observe-t-elle. « Pour des produits plus chers, comme un aspirateur, ou qui demandent de choisir une taille ou une couleur, mieux vaut avoir le choix sous les yeux. »

C'est humain de vouloir avoir le maximum en faisant un minimum d'efforts...

Pour autant, pense Carolina Milanesi, « comme nous sommes de moins en moins devant nos ordinateurs, la possibilité de commander par la voix séduit certainement » de plus en plus, surtout avec les progrès de l'intelligence artificielle« Si je peux commander une pizza, plutôt que de me déplacer, de prendre mon téléphone ou d'ouvrir une application, je le fais », poursuit Carolina Milanesi, estimant que c'est « plus sexy »« plus rapide » et « plus pratique »« C'est humain de vouloir avoir le maximum en faisant un minimum d'efforts... », dit-elle encore. « Il y aura une croissance continue dans le secteur du shopping par la voix », abonde Jack Gold, de J. Gold Associates.

L'enceinte connectée Google Home. Elle prend les commandes, à condition que ce soit chez Wal-Mart. © Google

Le shopping vocal sera captif

Les distributeurs et les géants technologiques l'ont bien compris, à commencer par Amazon. Le géant du commerce en ligne s'est lancé dès 2014 avec Echo, qui, selon les cabinets spécialisés s'est déjà au moins vendu à plusieurs millions d'exemplaires. Il permet, entre autres, de commander directement sur Amazon via l'assistant vocal Alexa. Selon le cabinet eMarketer, Amazon domine largement le secteur des haut-parleurs intelligents, avec 70 % de parts de marché aux États-Unis suivi de Google Home, avec environ 24 %. Et en rachetant récemment les supermarchés bio Whole Foods, Amazon permet aux détenteurs d'Echo de commander directement des produits de l'enseigne, augmentant d'autant son portefeuille de clients. Amazon vient aussi d'annoncer qu'Alexa serait compatible avec l'assistant vocal de Microsoft, Cortana .

Preuve de l'engouement des entreprises, Apple s'est lancé récemment dans les enceintes connectées avec son HomePod, contrôlé par l'assistant vocal Siri, tandis que le sud-coréen Samsung prévoit lui aussi de lancer un modèle. Face au rouleau compresseur Amazon, le géant de la distribution Wal-Mart et Google ont récemment annoncé un partenariat. Via leur Google Home, les clients pourront désormais commander et se faire livrer des « centaines de milliers » de produits Wal-Mart.

Pour les entreprises, « c'est un bon moyen de s'assurer de la fidélité des clients », explique Jack Gold. Le shopping vocal « est dans la continuité de la stratégie Web des entreprises, c'est une nouvelle porte d'entrée vers leur écosystème » commercial, juge l'analyste. Pour Colin Sebastian, de la firme Baird, le shopping vocal va « prendre une part de plus en plus importante dans les revenus de Google à long terme, au fur et à mesure que les recherches migrent vers les plateformes vocales et où les transactions prennent la place de la publicité ».

Mais, nuance Jack Gold, si « c'est bon pour les entreprises », ça ne l'est pas forcément pour les clients qui, du coup, selon le système utilisé, commandent par défaut via Amazon ou Google Express, le supermarché en ligne du géant technologique. Les autres innovations technologiques en matière de consommation sont nombreuses, comme les livraisons par drones testées par Amazon. Le géant de la pizza Domino's teste aussi des livraisons par drone ou par voiture autonome en collaboration avec le constructeur automobile Ford.

À voir aussi :