L’éditeur américain Autodesk se lance sur le marché de l’impression 3D en proposant une plateforme logicielle nommée Spark ainsi qu’un modèle d’imprimante qui fonctionnera par stéréolithographie. Le logiciel comme le design de l’imprimante seront disponibles en open source pour que les fabricants et autres « makers » puissent développer des solutions et des produits à partir de ces bases de référence. © Autodesk

Tech

Autodesk se lance dans l’impression 3D

ActualitéClassé sous :technologie , imprimante 3D , Autocad

L'éditeur états-unien Autodesk se lance dans l'impression 3D avec un modèle d'imprimante ainsi qu'une plateforme logicielle baptisée Spark. L'une comme l'autre seront open source afin que les constructeurs puissent adopter facilement ces technologies. Un modèle qui n'est pas sans rappeler celui de Google avec Android...

À l'occasion de la conférence MakerCon, une grand-messe du mouvement maker qui s'est tenue les 13 et 14 mai derniers à San Francisco, Autodesk a annoncé son arrivée sur le marché de l'impression 3D. L'éditeur de logiciels de conception 3D tels qu'AutoCAD, très utilisés dans le design et l'industrie, a l'intention de lancer prochainement une plateforme logicielle d'impression nommée Spark ainsi qu'une imprimante 3D.

Dans un billet de blog, Carl Bass, le PDG d'Autodesk, a expliqué que Spark a pour vocation de fiabiliser et de simplifier l'impression 3D. Ce logiciel sera open source et disponible sous licence gratuite pour les fabricants et d'autres acteurs intéressés à apporter leur contribution au projet. Idem pour l'imprimante 3D, dont le design sera lui aussi open source, à l'image de ce qui se fait déjà avec le projet RepRap.

L’une des nombreuses versions d’imprimante 3D pour plastique issues du projet open source RepRap. Ce modèle d’imprimante est autoréplicatif, c’est-à-dire que l’appareil peut imprimer les pièces nécessaires à la fabrication d’une copie d’elle-même. © RepRapPro Huxley, Adrian Bowyer

L’imprimante 3D d’Autodesk lancée avant la fin de l’année

L'éditeur précise que son modèle pourra utiliser différents types de matériaux fournis soit par ses soins, soit par des tiers. Elle travaillera en utilisant la stéréolithographie, qui consiste à solidifier des couches de résine, une technique considérée comme plus précise que le procédé FDM (fuse deposition modeling) de dépôt de matière en fusion.

Autodesk présente son imprimante comme un modèle de référence pour Spark. Une stratégie similaire à celle employée par Google avec Android et la gamme de smartphones et tablettes Nexus. « Le monde commence à peine à réaliser le potentiel de la fabrication additive et avec Spark, nous espérons permettre à beaucoup plus de gens d'intégrer l'impression 3D dans leur processus de conception et de fabrication », déclare Carl Bass. Le prix de l'imprimante n'a pas été dévoilé, mais le patron d'Autodesk a indiqué qu'il se situerait aux alentours de 5.000 dollars (environ 3.700 euros). Spark ainsi que l'imprimante sortiront dans le courant de l'année 2014.