Holly, l'employée hologramme de l'aéroport de Luton. © Luton Airport

Tech

Après les robots d'accueil, les hologrammes humanoïdes !

ActualitéClassé sous :technologie , hologramme , agent d'accueil holographique

À l'aéroport de Manchester et à celui de Luton (à Londres), les passagers peuvent désormais se faire aider... par des images holographiques parlantes. Des employés virtuels, en somme.

Pour remplacer le personnel d'accueil, les Japonais pensent depuis longtemps aux robots humanoïdes. Deux aéroports britanniques expérimentent une autre voie : l'agent d'accueil holographique. Prénommés Holly et Graham, deux hologrammes aideront les voyageurs en partance dans la zone des contrôles de sécurité de l'aéroport londonien de Luton.

Ces deux employés virtuels, un homme et une femme, sont d'une taille humaine standard et montrent aux passagers comment déposer leurs bouteilles et autres liquides dans des sacs transparents, et comment sortir leurs ordinateurs portables, en espérant que les passagers se sentiront plus concernés qu'en présence de simples affiches.

Julie accueille les passagers à l'aéroport de Manchester. Inutile de tenter de lui serrer la main : c'est une image holographique. L'image est extraite d'une vidéo avec des explications en anglais. Les non-anglophones peuvent regarder les images... © Manchester Airport

Que vont en penser les vrais humains ?

Ils seront présents 24 h sur 24 pendant une période de test de huit semaines, au cours de laquelle on mesurera le temps passé par les voyageurs dans cette zone, pour voir à quel point la présence de ces nouveaux agents est utile. Si le test est concluant, les responsables de l'aéroport de Luton expliquent qu'il faudra s'attendre à voir une multiplication de ces hologrammes dans l'aéroport.

De son côté, l'aéroport de Manchester a aussi créé ses propres employés version hologrammes en utilisant la même technologie que celle employée par le groupe Gorillaz sur scène. À Manchester, on a opté pour une représentation holographique d'agents d'aéroports bien réels appelés John et Julie, qui seront utilisés dans les mêmes zones de sécurité qu'à Luton.