Le Flyer de la société Kitty Hawk est équipé de huit rotors électriques. Son pilotage est décrit comme très simple. © Kitty Hawk Corporation

Tech

Kitty Hawk Flyer, la « moto volante » financée par le patron de Google

ActualitéClassé sous :techno , Voiture volante , Larry Page

La jeune entreprise Kitty Hawk, soutenue financièrement par Larry Page, cofondateur et PDG de Google, vient de lever le voile sur un prototype d'avion électrique ultraléger pour voler au-dessus de l'eau. L'engin ne nécessite pas de permis de pilotage (aux États-Unis) et se maîtrise en quelques minutes. Un gadget pour amateurs fortunés.

  • Le Flyer emprunte son nom au premier avion des frères Wright, qui effectua son vol inaugural en décembre 1903.
  • L’engin, doté de huit rotors électriques, peut voler au-dessus de l’eau à 40 km/h.
  • La version définitive de l’appareil serait très différente du prototype.

En juin dernier, le site Bloomberg Businessweek révélait l'existence de Zee Aero et de sa filiale Kitty Hawk, deux entreprises fondées respectivement en 2010 et 2015 et financées en toute discrétion par Larry Page, le cofondateur et actuel PDG de Google. On apprenait que ces jeunes pousses travaillaient sur plusieurs concepts d'avions électriques à décollage et atterrissage verticaux rapidement qualifiés de « voitures volantes ». Selon la presse états-unienne, l'investissement secret de Larry Page dans ces deux sociétés s'élèverait à 100 millions de dollars (90 millions d'euros environ, au cours actuel). Une affaire plutôt sérieuse donc.

Il faut dire que, comme d'autres, le richissime patron ambitionne de révolutionner le monde des transports avec des engins capables de combiner le meilleur de l'automobile et de l'aviation légère. Il existerait une bonne douzaine de modèles enregistrés par Zee Aero et Kitty Hawk Corporation auprès de la Federal Aviation Administration, notamment des planeurs électriques, des giravions et des avions plus classiques. Toutefois, contre toute attente, le premier projet concret présenté officiellement s'apparente plutôt à un joujou pour millionnaires à l'utilité peu évidente. 

Voici une démonstration du Flyer de la société Kitty Hawk. Mu par huit rotors, l’engin est prévu pour voler seulement au-dessus de l’eau à 40 km/h. © Kitty Hawk

Le Flyer de Kitty Hawk commercialisé d'ici la fin de l'année

Kitty Hawk vient ainsi de dévoiler un prototype baptisé « Kitty Hawk Flyer » (voir la vidéo ci-dessus). Celui-ci est décrit techniquement comme un avion électrique ultraléger et métaphoriquement comme une « moto volante ». En effet, l'engin se chevauche à la manière d'un deux-roues avec une position de pilotage penchée vers l'avant. Monté sur deux larges flotteurs rappelant ceux d'un hydravion, il s'élève dans les airs grâce à huit rotors électriques répartis sur un châssis tubulaire en étoile recouvert d'un filet de protection. Le Kitty Hawk Flyer ressemble en fait à un drone géant qui se pilote avec un guidon et des boutons.

Selon le constructeur, il ne faudrait que quelques minutes pour apprendre à voler avec ce drôle d'engin. Le prototype présenté est prévu pour évoluer à environ 40 km/h à une dizaine de mètres au-dessus de l'eau, sur laquelle il peut se poser grâce à ses flotteurs. Kitty Hawk précise que le Flyer peut se piloter sans permis, du moins aux États-Unis. Une commercialisation est prévue d'ici la fin de l'année, mais il semblerait que la version finale soit très différente de ce que nous venons de découvrir.

Une chose est sûre, dans l'état actuel, le Flyer, qui emprunte sans modestie son nom au premier avion des frères Wright (qui s'envola de la ville de Kitty Hawk le 17 décembre 1903), n'est rien d'autre qu'un gadget pour amateurs fortunés en mal de nouveauté. Avouons-le, on se verrait bien aux commandes d'un tel engin rien que pour le plaisir. On a toutefois encore du mal à saisir où Larry Page veut en venir...

La voiture volante AeroMobil bientôt disponible à la vente  La société slovaque AeroMobil profitera du salon Top Marques à Monaco la semaine prochaine pour exposer la première version commerciale de sa voiture volante. Elle ne sera d’ailleurs pas la seule.