Tech

Skylake, la sixième génération de processeurs Core d'Intel

ActualitéClassé sous :processeur , intel , Skylake

Confronté au marché PC qui s'essouffle et à celui des terminaux mobiles sur lequel il peine à prendre pied, Intel espère rebattre les cartes avec ses derniers processeurs Core. Basées sur la nouvelle microarchitecture Skylake, ces puces sont déclinées pour cibler aussi bien les ordinateurs hautes performances que les PC hybrides, les tablettes et les smartphones à la recherche de la meilleure autonomie possible.

Les processeurs sont au cœur des ordinateurs et évoluent d'années en années. Les nouveaux processeurs Core d'Intel sont basés sur la microarchitecture Skylake qui repose sur une finesse de gravure de 14 nanomètres. © Geralt, Pixabay, DP

Elle était très attendue et c'est finalement cette semaine que la toute nouvelle génération des processeurs Intel a été officiellement présentée. Alors que cette semaine se tient à Berlin le salon IFA, le fondeur américain vient de détailler sa nouvelle gamme - intitulée Skylake -, qui sera déclinée en quatre grandes familles (série Y, U, H et S), chacune regroupant plusieurs modèles différents.

Cette génération introduit une nouvelle microarchitecture (Skylake étant son nom) en remplacement de celle actuellement proposée : Haswell. Lancée en 2013 avec une finesse de gravure de 22 nanomètres, celle-ci avait été améliorée l'année suivante avec l'arrivée de la branche Broadwell et sa finesse de gravure de 14 nanomètres. C'est cette précision qui a été retenue pour Skylake.

Dans le domaine des processeurs, la stratégie d'Intel (baptisée « tic tac ») consiste à alterner ses annonces : si le groupe présente une nouvelle architecture en 2013, l'année suivante portera sur la miniaturisation des composants. Ainsi, il faudra attendre 2016 pour voir une version de Skylake avec une finesse de gravure accrue (il est question de descendre à 10 nanomètres !).

D'après Intel, cette nouvelle gamme de processeurs offre des performances générales accrues dans divers secteurs, en particulier dans la productivité, le traitement de la 3D et l'économie d'énergie. Afin de bien souligner l'écart entre l'ancienne technologie et Skylake et de mettre ce dernier à son avantage, Intel a choisi de comparer un notebook vieux de cinq ans avec une tablette-PC « deux en un ».

Pour illustrer le gain de performances qu’offrent les nouveaux processeurs Skylake, Intel a réalisé un test confrontant un PC portable de 2010 (à gauche sur l'image) avec une tablette-PC « deux en un » équipée de sa puce Core sixième génération (à droite). Résultat, le processeur Skylake triplerait la durée de vie de la batterie et permettrait d'atteindre des performances dans les graphismes 3D trente fois supérieures. © Intel

Un processeur pensé pour Windows 10

Il ressort qu'un processeur Skylake multiplierait la productivité par 2,5, triplerait la durée de vie de la batterie et permettrait d'atteindre des performances dans les graphismes 3D trente fois supérieures à ce qu'offrait un notebook PC vendu en 2010. C'est considérable mais, si l'utilisateur prévoit de basculer à Skylake alors qu'il avait déjà une machine récente, l'écart sera moins net.

Intel assure que ses processeurs ont été développés en étroite collaboration avec Microsoft afin qu'ils soient optimisés pour Windows 10. Intel donne plusieurs exemples, qui nécessitent parfois de posséder d'autres équipements, comme la caméra Intel RealSense, allant de Cortana à Windows Hello, qui est un dispositif de déverrouillage basé sur la reconnaissance faciale.

Par exemple, le temps de traitement pour que le processeur passe d'un état de basse à haute consommation est réduit. Avec sa technologie Speed Shift, Intel revendique un délai de 1 milliseconde (ms) au lieu de 30 ms minimum auparavant. Autre exemple : dans le mobile, la réactivité de Speed Shift permet d'appliquer un filtre de photo 45 % plus rapidement.

Quatre grandes familles et des fréquences différentes

Intel a prévu que Skylake puisse figurer sur un maximum de terminaux. Mais, parce que les besoins ne sont pas les mêmes entre un PC de joueur et un ordinateur sur carte comme le Raspberry Pi, le fondeur a choisi de décliner sa nouvelle génération de processeur en quatre grandes familles, chacune incluant par ailleurs plusieurs modèles aux caractéristiques variées :

  • La série Y est destinée en priorité aux ordinateurs sur carte ainsi qu'aux terminaux qui n'ont pas un besoin démesuré de puissance, comme les tablettes et détachables « deux en un » ;
  • La série supérieure, baptisée U, est prévue pour les ultraportables et les mini-PC ;
  • La série H proposerait une expérience ultime sur mobile ;
  • La série S serait destinée à l'informatique de bureau.

Dans le détail, les fréquences que proposera la série Y vont de 0,9 à 1,5 GHz avec la possibilité de passer de 2 à 3,1 GHz lorsque le mode Turbo est disponible. Pour la famille U, Intel a prévu des fréquences allant de 1,8 à 3,3, avec un mode Turbo s'étalonnant de 2,7 à 3,6 GHz.

La gamme au-dessus annonce des processeurs allant de 2,3 à 2,9 GHz dans leur configuration de base, tandis que certains modèles pourront passer de 2,7 à 3,8 GHz avec le mode Turbo. Enfin, la série S inclut des processeurs de 2,2 à 4 GHz, qui pourront passer de 2,5 à 4,2 GHz, en fonction des modèles.

La puce graphique Intel HD Graphics 515 équipera toute la gamme Y, avec une fréquence variable selon le modèle. La série U s'appuiera sur les puces 520, 540 et 550 tandis que la branche H fera appel aux puces 530 et P530. Quant à la série Y, Intel annonce les puces 510 et 530.