Tech

Un téraoctet sur un disque optique

ActualitéClassé sous :informatique , téraoctet , DVD

En gravant 200 couches dans l'épaisseur d'un disque type DVD, les ingénieurs de la société Mempile enregistrent jusqu'à 1 To sur un seul disque mais pensent atteindre 5 To.

Après les DVD et les Blu-Ray, bientôt des disques jaunes ? Crédit Mempile

Ces disques-là sont jaunes, transparents et un peu plus épais que les CD et DVD actuels. D'après la société israélienne Mempile, on peut y enregistrer jusqu'à 1 To (ou téraoctet, soit 1000 Go quand il s'agit de disques). Le lecteur-graveur n'est pas encore commercialisé et aucune date de mise sur le marché n'est annoncée. Mais on nous promet que l'appareil fonctionne...

Tous les secrets du disque Mempile n'ont pas été dévoilés mais le principe est connu. L'enregistrement s'effectue en trois dimensions dans l'épaisseur du disque, fait de polyméthacrylate de méthyle (ou polyméthylméthacrylate, ou encore PMMA), un polymère classique mais imbibé de molécules sensibles à la lumière. La nature chimique de ces chromophores, selon le terme employé par Mempile, n'a pas été révélée mais on nous dit qu'ils peuvent exister sous deux formes, passant de l'une à l'autre sous l'effet d'une lumière de longueur d'onde appropriée et suffisamment puissante.

Plus épaisses que les disques optiques actuels, les galettes de Mempile peuvent accueillir 200 couches de 5 micromètres. © Mempile

Mise au point dans l’épaisseur du disque

L'écriture consiste à focaliser une lumière laser rouge sur un petit volume dans l'épaisseur du disque. A cet endroit, les chromophores changent d'état, mémorisant un 1. Au-dessus et au-dessous, le faisceau laser n'est pas suffisamment focalisé pour modifier l'état des chromophores. La taille minuscule de ce volume affecté par la lumière permet à Mempile d'enregistrer 200 couches de données, de 5 micromètres chacune, dans l'épaisseur du disque. Il suffit de modifier la mise au point du laser pour atteindre une couche quelconque.

Pour la lecture, un faisceau laser de moindre intensité excite les chromophores d'une couche, lesquels réémettent de la lumière, détectée par un capteur. La quantité de lumière réémise différant largement selon l'état du chromophore, il est possible de détecter ce dernier et donc de lire un 0 ou un 1. Pour l'instant, le prototype ne permet que d'écrire une seule fois, comme sur les actuels DVD-R. Mais les disques réalisés actuellement par Mempile offriraient déjà la possibilité d'être réécrits. Il suffirait d'améliorer le graveur.

Cette annonce n'est pas la seule du genre. Dans les entreprises de l'électronique comme dans les laboratoires, on travaille à des améliorations techniques des disques optiques actuels et à des solutions plus originales comme les antennes optiques ou les hologrammes. La succession des Blu-Ray et autres HD-DVD semble d'ores et déjà assurée...