Tech

Le Service Pack 3 de Windows XP dans les starting-blocks !

ActualitéClassé sous :informatique , Microsoft , Windows

C'est nouveau, c'est Microsoft et ça vient (presque) de sortir : le Service Pack 3 de Windows XP est terminé, sa mise en orbite est programmée pour le 29 avril prochain. Plus qu'une semaine à dormir...

Coucou, le voilà ! Crédit Microsoft

Concrètement, qu'apportera de nouveau ce troisième (et dernier) opus des mises à jour de Windows XP ? Les utilisateurs devront-ils se jeter sur le nouveau venu, toutes antennes Wi-Fi dehors, pour se l'accaparer sous peine de voir leur cher ordinateur se mettre en grève ?

SP3

On s'en rappelle, le SP2 sorti en 2004, intégrait un nombre important de perfectionnements, notamment un vrai pare-feu (firewall pour parler geek...) et une meilleure prise en charge du Wi-Fi. Mais depuis cette date, les programmeurs de Redmond ont surtout concentré leurs efforts sur Vista, délaissant quelque peu son ancêtre XP... De sorte que si l'on excepte un nouveau NAP (Network Access Protocol) qui n'intéresse réellement que les entreprises (et les geeks...), ce sont les innombrables mises à jours des cinq dernières années qui en formeront essentiellement la substance.

Qu’est-ce que le NAP ?

Le Network Access Protocol, qui existe déjà sous Vista, est un client permettant aux administrateurs d'un système informatique de créer une liste de conditions obligatoires pour permettre à un poste de rejoindre le réseau. Ces conditions qui deviennent alors incontournables peuvent être l'installation obligatoire d'un ou de plusieurs logiciels précis, ou d'une mise à jour particulière, entre autres. Mais on le voit, dans le cas d'un ordinateur isolé, l'intérêt est nul.

Le SP3 aura-t-il un impact sur les performances ?

La seule chose qu'il soit permis d'affirmer à ce stade, c'est... qu'on n'en sait rien. A vrai dire, les avis des bêta-testeurs sont partagés, les uns ayant mentionné une nette amélioration, les autres une dégradation des performances... Autrement dit, il faudra plutôt s'attendre à du cas par cas, selon la configuration et l'usage.

Et Windows XP, dans tout cela ?

La commercialisation de Windows XP sera définitivement arrêtée le 30 juin 2008, du moins dans sa version boîte et OEM, et le 30 janvier 2009 pour les intégrateurs et assembleurs locaux. Toutefois, le délai sera porté au 30 juin 2010 pour les ULCPC (Ultra Low-Cost PC). Ensuite... eh bien il restera Vista, que l'on espère au mieux de sa forme à ce moment, et surtout Windows Seven que l'on annonce justement pour début 2010.

En somme, rien de transcendant dans ce nouvel avatar de XP... sinon la confirmation de ce que l'on savait déjà : il n'y aura plus de mise à jour majeure de cet OS.

Confidences…

Enfin, Didier Burdinat, directeur de Microsoft France, s'est livré à quelques confidences lors d'une conférence téléphonique il y a quelques jours.

Si la sortie de Windows Seven est bien attendue dans un délai de trois ans après celle de Vista, ce qui situe l'échéance au début 2010, la distribution de la RTM (Release for Manufacturing), soit la version définitive, devrait avoir lieu dans le troisième trimestre 2009 pour les abonnés MSDN et Technet notamment, mais cela reste encore du conditionnel.

L'existence d'une pétition et d'un rapport apocalyptique (selon ses propres termes) du cabinet d'expertises Gartner, qui voit en Vista le fossoyeur d'un Microsoft qui ne devrait pas se relever de l'échec des ventes si retentissant et finirait par « s'écrouler sous son propre poids », ne tient pas debout selon M. Burdinat.

En effet,  ce sont surtout les entreprises qui sont concernées par ce problème. Or elles se fournissent quasiment toutes en Windows Vista Edition Professionnelle, laquelle permet justement de rétrograder gratuitement vers la version N-1, c'est-à-dire XP... Ce qui les met à l'abri de toute incompatibilité, éventuellement en attendant une modernisation ou une adaptation du hardware. Faux problème, donc, pour le poseur de fenêtres, selon M. Burdinat, qui préfère se référer à une autre expertise, produite celle-là par le cabinet Forrester Research, qui conclut que Vista était « désormais assez mûr pour être déployé à grande échelle dans les entreprises ».