Tech

Haswell : la quatrième génération de Core d’Intel se dévoile

ActualitéClassé sous :informatique , intel , Haswell

Par Sylvain Biget, Futura

Intel a livré les caractéristiques techniques de la puce Haswell, qui remplacera l'Ivy Bridge en 2013. Le gros du travail des ingénieurs a porté sur la réduction de la consommation du processeur. Il devrait permettre de doubler l'autonomie des ultraportables. Le GPU est modifié et le chipset désormais intégré pour encore plus d'économies d'énergie.

Dans l'évolution de ses processeurs, Intel fonctionne sur un rythme biennal intitulé Tick/Tock. Le Tick correspond à l'adoption d'une nouvelle finesse de gravure. Ainsi, en 2012, il a permis d'introduire une finesse de 22 nm. En 2013, l'année du Tock correspond à la sortie du Haswell. La finesse ne change pas, en revanche l'architecture est optimisée. En 2014, le Tick devrait conserver cette architecture et réduire encore la finesse de gravure. © Intel

Du 11 au 13 septembre 2012, Intel tenait à San Francisco l'Intel Developer Forum (IDF 2012), son rassemblement annuel de développeurs. Durant cette manifestation, le fondeur a fait le point sur ses nouvelles technologies et parlé de prospective. Outre le fruit de ses avancées sur la recharge sans fil et la présentation de son nouveau processeur Atom RosePoint, Intel a également livré les détails de sa quatrième génération de processeurs Core, le Haswell. 

Le remplaçant du Ivy Bridge devrait être mis en place dans les PC à la mi-2013. À l'origine destinée aux ultrabooks, la puce a été adaptée pour être intégrée aussi bien aux PC de bureau, aux serveurs des data centers, aux tablettes ou encore aux PC hybrides.  

Côté architecture, la révolution apportée par Sandy Bridge et Ivy Bridge est reprise. Ceci dit, il n'y a pas de grands bouleversements, mais de sacrés optimisations. Pour les performances, Haswell ajoute deux ports lui permettant de traiter 8 opérations simultanément par cycle au lieu de 6 pour le Sandy Bridge.

Lors de l’Intel Developer Forum qui s’est tenu à San Francisco, David Perlmutter, vice-président d’Intel, était fier d’annoncer qu'avec l'architecture Haswell, la firme est parvenue à diviser par 20 la consommation en mode veille par rapport à la seconde génération de processeurs. © Intel

Hashwell, pour une économie d'énergie 

C'est surtout au niveau de la gestion de la consommation en énergie que le fondeur a travaillé, et ceci, avec une contrainte : obtenir la puce la plus polyvalente possible. Le Haswell doit pouvoir fonctionner aussi bien sur une tablette pour concurrencer ARM sur son terrain de prédilection, que sur des serveurs de data center pour réduire la facture énergétique. 

Ainsi, selon Intel, déclinée pour un ultraportable, la puce ne consommerait que 10 watts, contre 17 pour les Ivy Bridge. L'autonomie des batteries des ultraportables et tablettes pourrait ainsi être multipliée par deux (12 heures). Et, à consommation égale, le processeur serait deux fois plus performant que le Ivy Brigde.

Pour y parvenir, la gestion des sous-états de repos du processeur a été améliorée. Le Haswell en compte désormais quatre (S0ix, S0, S3 et S4). Il s'agit de différents modes où le processeur peut se trouver proche de la veille. Avec le S0ix, il est capable de signifier au système d'exploitation que le processeur est en activité, alors même qu'il est presque au repos.

En parallèle, la latence pour passer d'un mode « veille » à un autre est également réduite pour descendre jusqu'à 3 millisecondes. Au final, dès qu'elle n'est pas sollicitée, la puce bascule d'un sous-état à l'autre pour économiser au maximum la batterie. Cette nouveauté fonctionne de pair avec le nouveau mode Connected Standby qu'introduit Windows 8. Il permet de mettre l'appareil instantanément en veille, à l'image des smartphones et des tablettes.

GPU et Chipset embarqués

Autre avancée, le Haswell ne se limite pas à la gestion de l'énergie de la puce, mais aussi de l'USB, des ports Sata et PCI-e. Autrement dit, il embarque le chipset !

Côté graphique, le GPU est désormais capable d'atteindre des résolutions allant jusqu'à 4.096 x 3.072 pixels. Il supporte également DirectX 11.1, l'OpenGL 4.0 ainsi que l'OpenCL 1.2. Intel n'a pas encore livré le nom de ce GPU qui remplacera donc le HD 4000 que l'on trouve sur les Ivy Bridge. 

Pour en savoir plus sur la gamme de processeur à base d'architecture Haswell, il faudra encore patienter leur arrivée, qui est prévue à la mi-2013.