Tech

En bref : les Terriens font la queue pour l'iPad...

ActualitéClassé sous :informatique , Internet , Ipad

Voilà, c'est fait : la tablette dont tout le monde parle « débarque en France », pour employer l'expression en vedette dans les titres de la presse hexagonale du matin de ce vendredi 28 mai 2010. Au moment de ce lancement international, à la Bourse, Apple devient plus gros que Microsoft.

Pommes en tranches. © Nounours15 / Flickr - Licence - Licence Creative Commons (by-nc-sa 2.0)

Les lecteurs de cet article se répartiront essentiellement en deux catégories : ceux qui envisagent éventuellement d'acheter un jour un iPad (à ceux-là, précisons qu'il faut prononcer ayepade) et ceux qui consultent Internet en 3G sur leur iPhone en faisant la queue devant un magasin Apple pour se l'offrir sans plus tarder. Près de deux mois après son lancement aux Etats-Unis, avec un mois de retard sur le calendrier pour cause de succès trop grand, c'est en effet aujourd'hui le jour du débarquement de la tranche de pomme sur le reste de la planète Terre.

Les premiers chiffres commencent à tomber. Trente vigiles montent la garde à proximité de l'Apple Store de Paris depuis 5 h 30, pour une ouverture à 8 h 00. A cet instant, le journaliste du Point, dépêché sur les lieux de l'événement, compte 150 personnes. Déception : la queue parisienne est plus courte que celles observées aujourd'hui à Sydney (200 mètres, selon la presse internationale), à Tokyo (du même ordre si l'on en croit les vidéos, mais rassemblant quelque 1.200 personnes selon Karyn Poupée, correspondante de l'AFP) et à Londres, où les comptables dénombraient 445 personnes devant la boutique de Regent Street dix minutes avant l'ouverture des portes. A New York, le 2 avril dernier, une foule compacte s'était déjà agglutinée avant l'aube devant l'Apple Store de Manhattan.

Pendant ce temps, Apple devient plus volumineuse que Microsoft. Hier, à la bourse de Wall Street, en effet, l'envolée des cours de la firme de Steve Jobs a gonflé la capitalisation de l'entreprise jusqu'à 222 milliards de dollars à la clôture contre 219 milliards chez Microsoft.