Sciences

Thomas Pesquet : première interview après son retour sur Terre

VidéoClassé sous :Astronautique , Thomas Pesquet , Astronomie

Dans ce premier entretien réalisé dans le centre de l'Agence spatiale européenne (ESA) à Cologne, Thomas Pesquet livre ses impressions sur son retour sur Terre, le 2 juin, en compagnie du russe Oleg Novitskiy, à bord d'une capsule Soyouz MS-03. Une rentrée atmosphérique « très impressionnante » et pas aussi douce qu'on le dit.

Dans cet entretien, Thomas Pesquet revient sur cette descente où la capsule est passée de 28.000 km/h à l'immobilisation dans une plaine du Kazakhstan. « Il n'y avait pas vraiment de surprises » raconte-t-il, toutefois malgré les séances d'entraînement « il y a des choses qu'on ne peut pas simuler », notamment lorsque la capsule se sépare en trois : « c'est quand même impressionnant »... Plus marquant encore fut l'échauffement de la capsule à quelque 1.500 °C durant la rentrée atmosphérique. C'est alors un véritable « feu d'artifice », s'exclame-t-il. Les étincelles jaillissent sur les côtés « jusqu'à ce que les hublots soient carbonisés ».

Puis, enfin, le parachute s'ouvre. L'astronaute se repasse le film de cette descente dans sa tête : « durant 20-25 secondes, on est brinqueballé dans tous les sens ». Toutefois, pour lui le plus « spectaculaire » fut le contact avec le sol. « L'atterrissage, réputé être doux, ne l'est pas vraiment ». C'est comme un petit accident de voiture avec des tonneaux, souligne-t-il, visiblement encore marqué par ce moment.

Une impression d’avoir « les bras accrochés à des élastiques »

Durant la conférence de presse qu'il a donnée le 6 juin, l'astronaute est revenu sur cet instant où il retrouvait « les visages familiers » et, bien sûr, la Terre. Habitué depuis six mois à vivre en apesanteur« une sensation de flotter très agréable », l'astronaute a expliqué qu'à son retour il avait « l'impression d'avoir des élastiques accrochés aux bras, et chaque fois que je levais le bras, c'était comme tirer sur un gros élastique. C'est ça, la gravité, un gros élastique qui retient tout au sol ».

À la question, est-il est prêt à retourner un jour dans l'espace, l'astronaute a répondu « je retournerai dans l'espace assez rapidement, peut-être ».

© ESA